Magal

( 07 Photos ) Seule dans une chambre d`hôtel, elle accouche en…

Seule dans une chambre d`hôtel, elle a regardé des vidéos sur YouTube pour accoucher

Tia Freeman, 22 ans, est une experte en informatique de l’US Air Force qui habite à Nashville, Tennessee. Sur Twitter, elle a raconté cette semaine les circonstances exceptionnelles de son accouchement. Elle avait découvert sa grossesse au mois de janvier alors qu’elle entamait déjà son troisième trimestre.

Le 7 mars dernier, elle a pris l’avion pour rendre visite à son ami Jakob, qui habite en Allemagne. Il y avait d’abord une escale à Istanbul de 17 heures. Et juste après son premier vol, Tia a commencé à se sentir très mal. Elle transpire, ressent des contractions, a l’impression qu’elle va s’évanouir.

Son seul objectif ? Arriver le plus vite possible à sa chambre d’hôtel. Après avoir vérifié ses symptômes sur Google, elle est certaine d’être en train d’accoucher. Seule dans un pays étranger, Tia a réalisé l’improbable. En regardant des vidéos sur YouTube, elle a donné naissance à son petit garçon, prénommé Xavier.
« Je n’ai pas eu le temps d’avoir peur, je devais agir », explique la nouvelle héroïne des réseaux sociaux. « J’ai eu de la chance, parce que tout s’est passé très vite. » Comme une pro, elle a coupé le cordon ombilical, toujours avec l’aide d’Internet, nettoyé la salle de bains, « qui ressemblait à une scène de crime », et donné le sein à son bébé, en pleine forme. La folle histoire ne s’arrête pas là, puisque Tia a ensuite dû expliquer à l’aéroport d’Istanbul pourquoi elle débarquait avec un nouveau-né dans les bras…

Tout s’est bien terminé pour Tia et Xavier, qui ont pu se rendre à l’hôpital et passer deux semaines à Istanbul, tous frais payés par la compagnie Turkish Airlines, ravie d’une aussi belle publicité.
Dans un entretien avec le site The Independent, la jeune maman explique à quel point sa famille a été surprise à son retour.
« Personne ne se doutait de rien », confie Tia. Elle n’a aucun regret. « Cette expérience m’a tant appris. Je sais comment être débrouillarde et rester calme sous la pression. Et j’ai pu nouer des liens seule avec mon fils dès ses premières respirations. »

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok