164 MILLIONS DE PERSONNES CONCERNÉES, UN GAIN DE 32 MILLIARDS DE DOLLARS… Les chiffres de la traite des êtres humains dans le monde

La traite des êtres humains dans le monde concerne 164 millions d’individus, et elle fait un bénéfice de 32 milliards de $ pour ceux qui le font.

Dans le monde, il y a 258 millions de migrants internationaux. Sur ce nombre, les 164 millions sont victimes de traite d’êtres humains. Ces chiffres ont été livrés hier par Maë Coat, la coordinatrice du projet Renforcement des capacités des Osc dans la lutte contre la traite des êtres humains en Afrique (Recolteha), lors d’un séminaire sur le thème ‘’Traite des êtres humains transnationale en Afrique : traitement médiatique et rôle des journalistes dans la lutte contre la traite en Tunisie, en Côte d’Ivoire et au Sénégal’’.

Selon elle, les pays qui émettent le plus de migrants dans le monde sont : Mali, Niger, Maroc, Syrie, Angleterre, Inde, Mexique, Russie, Chine, Bangladesh, Pakistan, Philippines, Afghanistan, Ukraine. L’Asie est le continent d’où provient le plus grand nombre de migrants (106 millions, dont 17 millions de l’Inde). Le Mexique, avec 13 millions, et la Russie, 11 millions, complètent le podium.

Ce vaste trafic génère énormément d’argent. Un bénéfice de l’ordre de 32 milliards de dollars. Selon Maë Coat, ce phénomène constitue le troisième trafic le plus rentable au monde, après la vente d’armes et de drogue. ‘’Elle est souvent utilisée pour financer les conflits ou ces autres trafics. Il y a des millions de victimes, mais c’est difficile à mesurer et souvent sous-estimé. Les causes qui encouragent la traite sont multiples. Les femmes et les filles, qui en sont victimes, font office d’exploitation sexuelle et de travaux forcés pour les hommes et les garçons’’, dénonce-t-elle.

Selon toujours la coordinatrice, en 2014, il y a eu 44 462 victimes, contre 77 823 en 2015 et 66 520 victimes en 2016. ‘’Vingt-cinq millions de personnes sont victimes de travail forcé. Les femmes et les filles représentent 71 % des personnes victimes d’esclavage moderne. Une victime d’esclavage moderne sur quatre était un enfant, en 2016. Sur les 25 millions de personnes victimes de travail forcé, les 16 millions se trouvaient dans l’économie privée, 4,8 millions dans l’exploitation sexuelle et 4,1 millions dans le travail forcé imposé par les autorités de l’État. Les adultes victimes de travail forcé sont principalement des travailleurs domestiques (24 %), dans la construction (18 %), dans l’industrie manufacturière (15 %) et dans l’agriculture et la pêche (11 %)’’, poursuit-elle.

A l’en croire, les auteurs ont de multiples formes de coercition. Elles varient de la rétention de salaires ou menaces de non-paiement des salaires dus (24 %), menaces de violence (17 %), actes de violences physiques (16 %), menaces à l’encontre de la famille (12 %). Chez les femmes, 7 % des victimes ont signalé des agressions sexuelles.

Les formes d’exploitation incluent, sans s’y limiter, l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail forcé, l’esclavage ou des pratiques analogues et la servitude ou le prélèvement d’organes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.