L’origine du Pâque: d’ou vient Pâque?

Pâques est la fête la plus importante du christianisme1. Elle commémore la résurrection de Jésus, que le Nouveau Testament situe le surlendemain de la Passion, c’est-à-dire « le troisième jour ». La solennité, précédée par la Semaine sainte, dernière partie du carême, commence le dimanche de Pâques.

La date de Pâques est fixée au premier dimanche après la première pleine lune qui suit l’équinoxe de printemps (généralement le 21 mars), donc au plus tôt le 22 mars, si la pleine lune tombe le soir du 21, et au plus tard le 25 avril. Il ne s’agit pas de la lune observée, mais d’une lune dite ecclésiastique, méthode de calcul traditionnelle approchée. Les Églises occidentales, ayant adopté à la fois la réforme grégorienne du calendrier et une correction concomitante pour le cycle lunaire, ont souvent un jour de célébration différent de celui des Églises orthodoxes, le décalage pouvant être de 0, 1 ou 5 semaines, selon les années (exceptionnellement 4, si la lune est nouvelle à Rome, mais pas à Constantinople).

Certaines Églises chrétiennes choisissent de pratiquer la Pâque quartodécimaine en concordance avec la Pâque juive.
Les mots « Pâque » ou « Pâques » viennent du latin pascha emprunté au grec πάσχα, lui-même, par l’intermédiaire de l’araméen pasḥa, issu de l’hébreu biblique pesaḥ, dérivé du verbe pasaḣ qui signifie « passer au-dessus » car, selon la Bible, les juifs avaient reçu l’ordre de sacrifier un agneau indemne de toute tare et d’en badigeonner le sang sur les montants des portes afin que les puissances qui viendraient détruire les premiers nés égyptiens lors de la dixième plaie, passent au-dessus de ces portes sans s’arrêter. Chaque année les juifs commémorent cet événement lors de la fête de Pessa’h. La Passion du Christ s’étant déroulée, selon les évangiles, durant ces célébrations, le christianisme a investi cette fête et sa symbolique, le Christ devenant l’agneau immolé pour sauver l’humanité de ses péchés.

Le pluriel de Pâques ne fait pas référence à une pluralité de dates. La langue française distingue en effet la Pâque originelle juive (ou Pessa’h) et la fête chrétienne de Pâques. La première commémore la sortie d’Égypte et la liberté retrouvée des enfants d’Israël. La fête chrétienne est multiple. Elle commémore à la fois la dernière Cène instituant l’eucharistie, la Passion du Christ et sa résurrection. C’est seulement après le xve siècle que la distinction sémantique a été marquée par la graphie entre Pasque (ou Pâque) désignant la fête juive et Pasques (ou Pâques) désignant la fête chrétienne.
Le jour de Pâques est un dimanche situé à des dates variables du calendrier grégorien comprises entre le 22 mars et le 25 avril. Des dates de jours fériés et de fêtes dépendent de ce jour de Pâques, comme le lundi de Pâques, l’Ascension, la Pentecôte, le lundi de Pentecôte.

À titre d’exemple, les dates contemporaines de Pâques sont les dimanches :

1er avril 2018,
21 avril 2019,
12 avril 2020.
Ces dates sont celles du calendrier grégorien, qui suit le mouvement du Soleil et les saisons.
De tout temps et dans de nombreuses cultures païennes, au printemps, on fête la lumière, la renaissance de la nature après les longs mois d’hiver. Ce qui était parfois symbolisé par le retour ou le réveil d’une divinité3. Au Proche-Orient, comme leurs ancêtres Cananéens, les Hébreux et leurs voisins Babyloniens, Mésopotamiens, offrent à leurs dieux les prémices de leur moisson
La fête de Pâques est célébrée avec beaucoup de solennité par les chrétiens orthodoxes. Bien que certaines Églises orthodoxes divergent selon le calendrier de référence (grégorien ou julien), la date de Pâques est cependant commune à toutes les Églises orthodoxes (à l’exception de l’Église autonome de Finlande) parce qu’elle est partout fixée à partir du calendrier julien, quel que soit le calendrier liturgique suivi.

Dans le calendrier grégorien, cela signifie qu’elle est fêtée entre le 4 avril et le 8 mai au plus tard.

Le tropaire apolytikion de la Fête des Fêtes, « Le Christ est ressuscité des morts, par la mort, il a terrassé la mort ; à ceux qui sont dans les tombeaux il a fait don de la vie » est repris plusieurs dizaines de fois au cours de chaque office.

Le premier office de Pâques est celui des matines du dimanche. Il débute dans l’obscurité la plus totale, avant que le célébrant ne sorte par les portes saintes avec un cierge allumé, disant « Venez prendre la lumière à la Lumière sans soir, et glorifiez le Christ ressuscité des morts ». De retour dans le sanctuaire, il entonne avec le clergé l’hymne « Ta Résurrection, ô Christ Sauveur, les anges la chantent dans les cieux ; accorde aussi à nous, sur terre, de Te glorifier avec un cœur pur ». Puis le clergé sort en procession, suivi de tous les fidèles, et continue de chanter l’hymne en tournant trois fois autour de l’église. Une fois revenu devant les portes, le célébrant chante la doxologie initiale, et lit l’évangile de la Résurrection selon saint Marc (Marc 16, 1-8). Puis il entonne les versets des stichères de Pâques, à quoi le chœur répond par le tropaire. Suit l’échange qui servira, toute la période de Pâques, de salutation : « Christ est ressuscité » à quoi l’on répond « En vérité, il est ressuscité ».

En Grèce, le prêtre dit ensuite par trois fois devant la porte : « Levez vos portes, princes ; levez-vous, portes éternelles, et le Roi de gloire entrera », à quoi des fidèles restés dans l’église répondent « Qui est ce Roi de Gloire ? » Le prêtre reprend : « Le Seigneur puissant et redoutable, le Seigneur redoutable au combat. » A la troisième fois, il ajoute à voix forte : « Le Seigneur des puissances, c’est lui le Roi de gloire ! » en poussant la porte ; et il entre. A l’intérieur de l’église, les portes du sanctuaire sont ouvertes (voire sorties de leurs gonds), et le restent jusqu’au dimanche suivant.

L’office de matines est composé essentiellement du canon de Pâques, rédigé par saint Jean Damascène, auquel s’ajoute les ipakoï, ikos et kondakion de l’office, ainsi que l’hymne « Ayant contemplé la Résurrection du Christ » chantée trois fois. Il est de coutume, en Russie, que les prêtres qui sortent encenser l’église à chaque ode du canon portent des vêtements de couleurs à chaque fois différentes. L’encensement se fait en clamant « Christ est ressuscité », avec la réponse habituelle.

Après les matines ont lieu les heures de Pâques, intégralement chantées, puis la liturgie de saint Jean Chrysostome. L’évangile, dans la tradition slave, est proclamé dans autant de langues qu’il est possible de le faire avec le clergé en présence. Traditionnellement, suivent des agapes de rupture du Carême, qui peuvent durer toute la nuit.

L’après-midi qui suit, on célèbre les vêpres de Pâques (au cours desquelles l’évangile est récité dans toutes les langues selon la tradition grecque), qui sont celles du lundi. Cela fait du dimanche de Pâques le seul jour qui ne possède pas de vêpres, mais seulement un office de matines, le seul jour « sans soir » de l’année liturgique.

Toute la semaine qui suit (appelée Semaine Lumineuse) on continue de ne rien lire et de tout chanter, et de chanter les hymnes du cycle entier de la résurrection. On chante le tropaire de Pâques jusqu’au mercredi qui précède l’Ascension. Pendant la première semaine, il n’y a aucune restriction de nourriture ; puis, jusqu’à la Pentecôte, on retrouve le jeûne des mercredis et vendredis, allégé d’un cran : huile et vin y sont autorisés. Le Samedi Lumineux, on célèbre la dernière liturgie pascale, et l’on partage entre les paroissiens l’artos, un gâteau de pain qui a été cuit le samedi précédent.
De nombreuses coutumes datant de la plus haute antiquité destinées à accueillir le retour du printemps se rattachèrent à la fête de Pâques. L’œuf est le symbole de la germination qui se produit au début du printemps. De même le lièvre est un symbole antique qui a toujours représenté la fécondité16. En France et surtout au Québec, certains mythes populaires parlent de la cueillette de l’Eau de Pâques. Dans l’Église catholique québécoise, la cueillette de l’Eau de Pâques n’est pas un mythe, puisque lorsque la vigile pascale ou la messe du matin de Pâques se termine, il est réellement possible de remplir un petit pot avec un peu de l’eau qui vient d’être bénie pendant la célébration pour en rapporter chez soi. Le mythe à proprement parler voulait qu’on recueille l’eau de pluie tombée au matin de Pâques. On disait de cette eau ainsi recueillie qu’elle permettait de guérir des maladies. En Allemagne, en Suisse, en Autriche, en France dans la région d’Alsace et le département de la Moselle ainsi qu’en Martinique, Guyane, Guadeloupe et à La Réunion, le lundi de Pâques s’accompagne d’un autre jour férié : le « Karfreitag », soit le Vendredi saint. Pâques ressemble à Noël et il n’est pas rare que les gens s’offrent des cadeaux entre eux à cette occasion.

En Alsace, le traditionnel « Osterlammele » en biscuit.
En Allemagne et en France, le repas de Pâques est souvent l’occasion de partager un gigot d’agneau rôti accompagné de flageolets. En Alsace et dans certaines régions d’Allemagne, on confectionne un biscuit en forme d’agneau appelé Osterlammele ou Lamala. Cette tradition alsacienne catholique du Lammele est attestée par le théologien catholique Thomas Murner en 1519 : le fiancé offrait un agneau pascal à sa promise. On l’offrait aussi aux enfants au retour de la messe du jour de Pâques. Après le temps du carême, ce biscuit riche en œufs permettait d’écouler le stock d’œufs accumulé avant Pâques et dont la consommation était déconseillée, en attente de Pâques. L’agneau était décoré d’un étendard aux couleurs du Vatican (jaune et blanc) ou de l’Alsace (rouge et blanc). Cette tradition, comme la plupart, a perdu son caractère confessionnel et s’est sécularisée.

En Guyane, on déguste traditionnellement le dimanche de Pâques le bouillon d’awara, un mets typique de la région fait avec la pâte du fruit de l’awara.

Pâques a donné naissance aux prénoms Pascal et Pascale.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok