3 présumés trafiquants de peaux de lions et léopards arrêtés à THIAROYE Kao.

La Direction des Eaux et Forêts et de la Chasse poursuit sa lancée dans la lutte contre la Criminalité Faunique. Après Tambacounda puis Mbour où ils avaient déjà saisi les mêmes contrebandes de grands fauves africains, c’est au tour des trafiquants de Thiaroye Kao d’en démêler avec la loi.

Samedi 01/12/18, les agents des eaux et forêt du département de Pikine, renforcés par la présence importante des éléments du Commissaire Dramé de la Sureté Urbaine de Dakar et appuyés par l’ONG WARA-SALF-EAGLE ont interpellés 8 présumés trafiquants de faune en flagrant délit de détention, circulation, commercialisation de dépouilles d’espèces animales intégralement protégées prévu et réprimé par la loi sénégalaise de 1986 portant code de la chasse et de la protection de la faune.

A Thiaroye, les agents des eaux et forêts ont procédé à l’arrestation des sieur Amadou Sougou et Abdoulaye Ba, en possession de 1 peau de tête de lion, 1 peau de tête de léopard, 2 peaux de têtes de lion découpées, une vingtaine de morceaux de lion (pattes, dos, flancs) une dizaine de mètres de bandes de peaux de lion, les dépouilles d’au moins 6 servals (félin sauvage) et des munitions de calibre 22. Immédiatement, deux perquisitions à leurs magasins ont été autorisées. A l’issu de ces 2 perquisitions, ce n’est pas moins de 20 espèces différentes de dépouilles d’animaux sauvages dont 6 espèces intégralement protégées et en voie de disparition sur le Continent et plus de 10 espèces partiellement protégées nécessitant une autorisation de commercialisation délivrées par les autorités compétentes qui ont été saisies. Suite à dénonciation, une 3eme interpellation a eu lieu immédiatement à la Médina où il a été arrêté le sieur Cissé Sany à son domicile en possession de plusieurs morceaux de peaux de lion et diverses autres espèces protégées. Le découpage des peaux entières de lion et léopard est devenu le nouveau mode opératoire des trafiquants fauniques pour traverser les frontières et échapper à la vigilance des contrôles de Trafic Faunique de plus en plus performants.  A la suite des premiers interrogatoires, 5 personnes ont été relâchées. La procédure se poursuit actuellement.

 

Ces 2 espèces citées (lion et léopard) sont menacées d’extinction dans leur milieu naturel et bénéficient d’une protection absolue sur toute l’étendue du territoire national. Il est interdit de les abattre, de les détenir et d’en faire commerce.

Une nouvelle fois, cette opération a mis en évidence l’importance du commerce illicite de lion au Sénégal, des grands félins en général malgré les efforts de conservation des autorités Environnementales Nationales et Internationales au Sénégal.

 

Pour information l’abattage de lion, emblème du Sénégal, ne peut être autorisé que sur ordre Présidentiel.

Il faut rappeler que le lion est une espèce gravement menacée en Afrique et dans le monde. Dans la région de l’Afrique de l’Ouest il reste moins de 400 lions vivants.

La valeur des produits saisis sur ces 2 opérations représente plus de 2.000.000 FCFA et le quadruple une fois exportés.

Cette affaire n’est pas sans nous rappeler une affaire similaire à Dakar, où en Novembre 2014, des trafiquants Nigériens avait été arrêté par les Eaux et Forêts et la Division des Investigations Criminelles (DIC) avec l’appui de SALF avec une saisie record de 2634 peaux de félins et autres espèces. Cette action forte avait été fortement salué par la communauté internationale et avait fait les titres de la presse française, américaine et africaines tellement la prise était importante.

Le Sénégal est un point chaud du trafic international de peaux. La corruption est souvent utilisée par les trafiquants pour traverser les frontières dans le monde.

Le Sénégal doit réprimer et sanctionner sévèrement les trafiquants pour sauver ses derniers lions et sa faune. Si on laisse les trafiquants agir en toute impunité, alors le trafic continu et les lions disparaîtront. Cette arrestation va donner un signal fort aux trafiquants sur la volonté des autorités sénégalaises de lutter contre le trafic et de faire appliquer la loi. Il faut saluer le travail exceptionnel réalisé par la DEEF et la Sureté Urbaine de Dakar.

babacar diop

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok