A l’Aibd les travailleurs ont bu le calice jusqu’à la lie

Entre surcharge de travail, retard de paiement de salaires, licenciements  et sanctions de tout ordre, les agents de la société Assistance Aide Services (2AS) de l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd) en ont vu de toutes les couleurs.

Pour cause, selon SourceA dans sa parution de ce vendredi, là où la Législation sénégalaise fixe le temps de travail à 8 heures, les employés qui sont sous le contrôle de ladite société bossent huit (8) tours d’horloge. En clair, précise le canard, les travailleurs qui démarrent leur job à 8 heures, ne peuvent raccrocher leurs gans qu’à 17 heures.

SourceA révèle aussi que les travailleurs n’ont pu commencer à percevoir leurs salaires qu’entre le 8 et le 10 janvier dernier. Mieux, allant plus loin dans ses investigations, le canard de Castors/Bourguiba découvre que les salaires perçus, jugés à la limite «misérables», sont calculés sur la base de 25 jours de travail.

actusen

commentaires
Loading...