A quand la fin des scandales, à répétition, au Ministère de l’Environnement et du Développement (MEDD)

« Quand le plastique nourrit son homme »
500 millions de FCfa pour visiter des marchés et organiser des Crds
Tous ces temps –ci, on assiste à des sorties du Ministre de l’Environnement et du Développement durable sur la loi sur les sachets plastiques. C’est une bonne chose de lutter contre ces sachets qui pullulent un peu partout à travers le territoire national mais c’est mieux en ces temps durs d’utiliser les deniers publics de façon efficiente en ces temps de vaches maigres.
Depuis l’arrivée de Mr Abdou Karim Sall (AKS) , à la tête de ce département, c’est pas moins de 500 millions qui ont été mis à la disposition du ministère de l’environnement et du développement durable dans le cadre de la sensiblisation des populations après le vote de les lois interdisant les sachets plastiques. La question que tout le monde se pose au ministère, c’est qu’où sont passés ces 500 millions ?
Pour la première phase de la campagne, (juillet – aout 2019), un montant global de 200 millions de nos francs avait été versé au ministère l’environnement. Jusque-là, cette manne financière n’avait servi qu’à faire la visite de deux à trois marchés de Dakar. A ce jour, aucune évaluation n’a été faite de cette première phase où le Dage, le secrétaire général et la coordonnatrice de la cellule Communication qui geraient cet argent , au banc des accusés, se renvoient la balle.
Après le vote de la nouvelle loi, un montant global de 300 millions a été encore mis à la disposition des autorités du ministère pour le financement de la deuxième phase de campagne de sensibilisation. A ce jour, des Crds ont été organisés dans quelques régions du Sénégal dont Dakar, Kaolack, Saint-Louis et Louga. Selon une source très proche du dossier, les autorités du Medd ont décidé de contracter, en appel d’offre restreint, avec une agence de communication pour lui confier la gestion de cette campagne. La coordination se fait directement au niveau du secrétariat général au détriment de la structure technique qui a compétence pour gerer les dossiers sur le plastique.
Projet REDISSE : Détournement d’objectif du matériel destiné aux agents de terrain
Dans ces temps où le COVID 19 fait des ravages dans le monde, les animaux peuvent jouer un rôle déterminant dans la transmission et la propagation du virus. Pour parer à de telles éventualités, le gouvernement du Sénégal, avec l’appui de la Banque mondiale, avait mis sur pied le projet interministériel REDISSE (Regional Disease Surveillance Systems Enhancement), coordonné par le ministère de la santé et dont l’objectif de développement est de renforcer la capacité intersectorielle nationale et régionale pour la surveillance des maladies de collaboration et de préparation aux épidémies en Afrique de l’Ouest. Comble du malheur, le matériel de terrain ( ordinateurs, tablettes,…etc) que le ministère de la Santé avait mis à la disposition du ministère de l’environnement et qui devait servir d’outils de travail pour les agents de terrain pour la surveillance des animaux le long des frontières et à l’interieur du pays a été distribué aux autorités du ministère, confortablement assis dans leur bureau climatisé de Dakar. Selon les radars ,le SG aurait même amené une partie de cet équipement ( télévision et frigo) chez lui, pour une utilisation personnelle.
Un DAGE interdit de gestion au cœur des affaires à la solde du SG
Ce n’est plus un secret de polichinelle dans les couloirs du ministère de l’environnement où tout le monde sait que le DAGE n’a pas les diplômes requis pour gérer la direction générale des équipements, En plus, dans le passé, il avait été épinglé par plusieurs rapports lors de ses gestions précédentes et était même interdit de gestion. Cette situation dont seul le SG et quelques rares cadres avaient le secret, est une occasion pour ce dernier, de profiter de la position inconfortable du Dage pour lui mettre la pression et le faire chanter ; soit dans des dossiers sensibles
Des vacances pour la famille du SG aux frais du contribuable sénégalais .
Le secrétaire général du ministère de l’environnement est la source de tous les maux de cette structure etatique. Il ne cesse de mettre la pression sur les directeurs pour assouvrir ses desirs financiers personnels. Il avait mis la pression sur un ancien Directeur pour que ce dernier lui acheta quatre billets d’avion pour les vacances de sa famille en France dans le budget dans sa direction ( au frais du contribuable sénégalais) . Après cette première tentative réussie, il voulut faire du Directeur son tire lait . Ce que ce dernier refusa catégoriquement. Résultat de la course, le Directeur a été relevé de ses fonctions et remplacé à la tête de cette direction quelques mois seulement après leur brouille. A côté du recrutement abusif des habitants de Mbao, au détriment des cadres laissés en rade par le Ministre AKS, il avait ourdi un complot pour faire nommer sa cousine qui ne bénéficiait que d’un Contrat à durée déterminée (CDD), à la tête de la cellule communication ; faire recruter sa propre sœur dans une grande direction du ministère et son propre frère dans un service régional du meme département ministèriel. Selon certaines indiscrétions, cette personne qui avait été accusé de détournement de camions de semences par des paysans du temps où il était préfet, avant de devenir secrétaire général par les graces de l’ancien environnement Pr Mame Thierno Dieng, est devenu subitement riche comme crésus et est même entrain de construire une grande maison dans la région de Thiès.
Contribution – Anonyme

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.