Abus de confiance : Comment Mamadou Gueye a soutiré 43 millions de Fcfa à une mère de famille

Les faits remontent au 19 du mois de septembre passé. Mame Fatou Ba avait porté plainte contre Mamadou Gueye pour escroquerie, faux et usage de faux portant sur la somme de 43 000 000 FCFA.

Entre escroquerie, arnaque, abus de confiance, faux usage de faux, usurpation de fonction, Mbaye Ndione, un grand danger publicSélectionné pour vous :
Entre escroquerie, arnaque, abus de confiance, faux usage de faux, usurpation de fonction, Mbaye Ndione, un grand danger public

Pour les besoins de l’enquête, les éléments de la brigade des affaires générales de la Division des affaires criminelles avaient exploité une information émanant d’une source digne de foi qui se trouvait au casino Café de Rome de Dakar. C’est ainsi que Mamadou Gueye a été arrêté par les agents de la brigade de Recherches du service.

Interrogé sur les faits portés à sa charge, Mamadou Gueye a reconnu sans difficulté, en tentant de faire croire que la plus grande partie détroussée à Fatou Bah se trouverait entre les mains d’un certain John Smith, un américain.

Revenant sur l’historique de leur connaissance à Mame Fatou Bah de déclarer , »j’ai connu Mamadou Gueye par le biais de mon cousin Bouba Biaye au courant de l’année 2016 dans le cadre d’un projet voyage vers le USA. Mamadou Gueye est titulaire d’une nationalité sénégalaise, gambienne et américaine en même temps . Il avait proposé de m’aider pour la réalisation de mon projet. Ainsi, il me suggéra en premier temps l’ouverture d’un compte bancaire par ses soins et l’achat d’une villa aux USA pour faciliter l’obtention de mon visa et celui de mes enfants« .

Par ailleurs, accompagnée de son mari et de son cousin, Mame Fatou Bah, suite à un entretien avec Mamadou Gueye, a versé la somme de 13 000 dollars US pour l’ouverture d’un compte. Quelques jours plus tard, Mamadou Gueye revient pour proposer à la dame l’achat d’une villa aux USA pour garantir l’obtention du visa. A cet effet, la dame lui verse encore la somme de 42 000 dollars dont 2 000 dollars US pour ses frais de voyage et de transactions immobilières et 4000 autres dollars US pour l’achat de ladite villa.

Ainsi après un mois de séjour aux USA, le prévenu Mamadou Gueye est revenu avec des documents attestant de l’ouverture d’un compte et l’achat de la villa. Par la suite, le prévenu demanda à Mame Fatou Bah de revenir à Dakar afin de remplir des formalités de l’obtention de visa. Car d’après M. Gueye, ce serait la meilleure manière d’obtenir un visa pour ses deux enfants et pour elle-même. La dame s’est alors rendue à l’ambassade des USA au Sénégal pour les besoins des formalités d’obtention de visa, mais malheureusement pour elle, on lui refusa ceci.

Interpellé sur ce refus par Mame Fatou Bah, Mamadou Gueye répond que, « la demande de visa n’a pas été accordé car le compte bancaire de la structure BAGSOA n’est pas approvisionné pour supporter le séjour aux USA« .

Sur ce, il demande une fois de plus à la dame de lui verser la somme de 12 000 dollars, ce qu’elle a fait sans hésitation. Seulement, après réception de la somme, Mamadou Gueye est reparti en Gambie, laissant Mame Fatou Bah et ses deux enfants dans les appartements qu’ils avaient loués et qui abritaient en même temps la fondation BAGSOA.

Après 3 mois d’arriérés de paiement de location, le bailleur, venu pour la régularisation du loyer, a notifié qu’il ne parvenait plus à joindre le mise en cause. Il était donc dans l’obligation d’expulser Mame Fatou Bah et ses deux enfants.

Mais sans tarder, Mamadou Gueye a finalement régularisé le loyer via Wari. Et quelques jours après, le prévenu se présente à nouveau chez la dame. Cette dernière lui a réclamé les 12 000 dollars US en dépôt dans le compte BAGSOA. Ce que le prévenu n’a pas refusé. Mais à sa grande surprise, lorsque Mamadou Gueye était de retour, il lui a dit qu’il ne pouvait pas effectuer de retrait dans le compte de la BAGSOA au motif que la somme servait de garanti aux autres sociétaires demandeurs de visas en cours.

Au tribunal des flagrants délits, le procureur, dans son réquisitoire a confirmé que Mamadou Gueye est un escroc. Le maître des poursuites a, dès lors, disqualifié les faits en abus de confiance et l’a condamné à 3 mois ferme en plus de 46 millions pour les dommages et intérêts.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok