.

.

.

.

.

Affaire Diao Baldé Keita El hadji Diouf crache ses quatre vérités : « Le cas de Keita Diao Baldé est un… »

A 22 ans, Keita Diao Baldé possède autant d’atouts de jeu que de trous dans son « casier judiciaire ». En club comme en sélection, il est souvent au banc des accusés pour cause  d’indiscipline. Mais face au ramdam médiatique né de sa récente bouderie en équipe nationale, El hadji Diouf s’érige en bouclier. Il  ne veut pas que les mauvaises interprétations parasitent le jugement sur un joueur pourtant exceptionnel.

Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, le cas du petit amie de Simona Gatieri, qui fait les choux gras de la presse, est pour El hadji Diouf un non événement. Le double d’or africain ( 2001 & 2002) s’explique : Un compétiteur qui cède sa place en étant heureux, je n’en ai jamais vu. Donc la frustration de Keita Baldé est compréhensible. Cela arrive à tous les joueurs, même les plus moyens. C’est un faux problème. Il ne faut pas en faire une histoire et saper le moral à Diao Baldé, qui est aujourd’hui  un de nos meilleurs éléments. Au lieu de fragiliser mentalement e joueur, on doit le protéger de façon intelligente. Ce n’est pas un jour difficile à gérer. La priorité est ailleurs. Après cette qualification on doit chercher à mettre les joueurs dans de meilleurs conditions psychologiques pour qu’ils puissent s’épanouir en club et nous revenir pendant les matches amicaux en très grande forme afin de préparer sereinement le Mondial. Avec tout le respect que je dois à la fédération et aux gens qui la composent, ce n’est pas à eux de parler au joueurs. C’est à l’entraineur de parler à son joueur et de le gérer. C’est à lui que revient le management de l’équipe. »

ANNONCE

 

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok