AGRESSION S3XU3LLE A PIKINE DALIFORT: A. Mané « d »shabille la gamine et tente de la pén*trer »

La furie meurtrière d’une foule a failli s’abattre sur le chauffeur de taxi A. Mané, qui a été surpris, nu comme un ver, sur la fille de sa voisine, O. C. S, âgée de 13 ans. Le taximan a été en effet extirpé de justesse de la vindicte populaire, puis enfermé dans un poulailler par des habitants du quartier. Il y a eu plus de peur que de mal à Pikine Dalifort Foirail lorsqu’une foule monstre, armée de gourdins et autres projectiles, a débarqué, vers 18 h, dans un poulailler de la localité, pour tenter de faire la fête au chauffeur de taxi, A. Mané, 49 ans.

Ce dernier se trouvait devant le poulailler, où après une journée de labeur, il a l’habitude de se retirer pour se reposer et dormir. Mané intercepte la fille dans la rue et la conduit chez lui, sous la menace d’un couteau Mais, ce jour-là, il aperçoit la fille O. C. S, 13 ans, l’intercepte et tente de lui parler.

Celle-ci, qui a quitté chez elle pour aller rendre visite à une camarade de classe de Cm1 dans le secteur, fait la sourde et poursuit son chemin. Mané profite de la quiétude des lieux, presse le pas et finit par rattraper la gamine. Il brandit un couteau, profère des menaces et somme la fille de le suivre.

Cette dernière panique à la vue de l’arme blanche, redoute le pire et accepte de suivre le taximan. Qui l’attrape par le bras et l’entraîne dans sa chambre sise dans le poulailler. Il se met à poil, déshabille la mineure et éprouve d’énormes difficultés à la p3nétrer Arrivé dans la pièce, soutiennent des témoins, le taximan tire soudainement l’adolescente vers lui, la serre fortement et lui propose une partie de pl@isir.

Mais, avant même que la gamine ne claque langue, il la projette sur le matelas posé à même le sol, se jette sur elle et commence à lui faire des caresses. En un clin d’œil, il défait son pantalon, d3shabille la gamine et tente de la p3nétrer d’un trait. Mais, vu que cette dernière était encore vierge, il éprouve toutes les peines du monde à satisfaire ses instincts libidinaux et commence à suer à grosses gouttes.

Il expérimente plusieurs postures, mais se heurte chaque fois à la virginité de la demoiselle. Qui se plaint de douleurs atroces, pousse des gémissements, mais se garde de repousser les assauts de son «bourreau». Elle ravale ses pleurs, craint des représailles du taximan lubrique et fait semblant d’accepter de se donner à lui.

Un individu ouvre brusquement la porte et surprend Mané, n¤, sur l’adolescente Un ami du gérant du poulailler, qui attendait celui-ci dans la cour et qui a vu auparavant le chauffeur conduire discrètement la fille dans la chambre, soupçonne des rapports s3xu3ls, temporise un moment et décide d’aller voir dans la pièce. Il tape une fois, ouvre la porte et surprend Mané sur l’écolière.

Celui-ci se relève en sursaut, réajuste son pantalon et interpelle le bonhomme sur son attitude. Le jeune garçon l’envoie promener, vole au secours de la demoiselle et lui demande de se relever. La petite affirme avoir eu des vertiges, se tord de douleurs et peine à marcher. Son sauveur la fait sortir de la pièce et lui dit de s’allonger sur une natte posée dans la cour. Il se tourne vers le taximan présumé vi¤leur, le tance vertement et l’enferme à clef dans la chambre.

Le gérant du poulailler sauve le taximan-vi¤leur du meurtre par la foule armée de gourdins Informé, le gérant du poulailler se met en colère, jure de corriger le pédophile et rouvre la porte de la chambre. Il constate que le délinquant s3xu3l a disparu en passant par la fenêtre de la pièce. Il fouille dans les parages, retrouve le malfrat caché dans une maison en construction et le somme de revenir au poulailler pour une séance d’explication.

En vain. Il alerte le voisinage, qui accourt, s’arme de gourdins et de pierres et crie au lynchage du mis en cause. Craignant un meurtre, le gérant du poulailler et d’autres individus refusent catégoriquement de livrer le pédophile, alertent le commissaire de police Adramé Sarr. Les policiers se rendent sur les lieux et exfiltrent le taximan-vi¤leur enfermé dans la cage des poussins du poulailler. «On s’amusait et je lui faisais juste des c@re§ses, sans ôter ses habits ou toucher à son s3x3»

Le chauffeur A. Mané a nié sans convaincre les faits et soutient s’être juste contenté de faire des c@ress3s sur la victime sans toucher à ses p@rties 1ntimes. Il tente de se dédouaner et affirme que la fille lui rend souvent visite dans sa chambre, avant d’aller faire cours à l’école. Il crie à la cabale et charge le gérant du poulailler. «Elle venait souvent dans ma chambre et se couchait sur mon matelas. On s’amusait et je lui caressais juste le corps sans ôter sa robe ni toucher à son sexe», a soutenu le taximan. Qui a été déféré pour p3dophilie, v1ol et détournement de mineure.

Vieux Père NDIAYE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.