Après l’Italie, Malte refuse l’accostage du Lifeline, un navire qui vient en aide aux migrants

À deux jours d’un “mini-sommet” européen sur la politique migratoire, l’Italie et Malte ont refusé d’accueillir le navire d’une ONG allemande qui a recueilli plus de 200 migrants en Méditerranée.
L’Italie maintient sa ligne dure à l’encontre des ONG venant en aide aux migrants en Méditerranée, à deux jours d’un “mini-sommet” européen sur la politique migratoire. Après l’Aquarius de SOS Méditéranée, le nouveau gouvernement italien, au pouvoir depuis trois semaines, a refusé d’ouvrir ses ports au navire d’une ONG allemande, Lifeline, qui a recueilli à son bord plus de 200 migrants.

“Le bateau illégal Lifeline est maintenant dans les eaux maltaises avec son chargement de 239 migrants. Pour la sécurité de l’équipage et des passagers nous avons demandé que Malte ouvre ses ports”, a affirmé vendredi, sur Twitter, le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini. “Évidemment, ce bateau devra ensuite être mis sous sequestre et son équipage arrêté”, a-t-il ajouté.

Mise sous sequestre

Quelques heures plus tard, le ministre italien des Transports, Danilo Toninelli, faisait savoir sur sa page Facebook que Malte refusait, une photo à l’appui d’un courriel des forces armées maltaises déclarant que ce navire n’avait pas émis d’appel de détresse.

La semaine dernière, l’Aquarius avait été contraint de rallier l’Espagne après le refus des Italiens et des Maltais d’ouvrir leurs ports aux 630 migrants qu’il transportait.

Les autorités espagnoles ont annoncé qu’elles étaient en contact avec Malte au sujet du Lifeline et avaient offert leur aide “si une aide humanitaire s’avère nécessaire dans les heures qui viennent”, selon la porte-parole du
gouvernement, Isabel Celaa.

commentaires
Loading...