Arabie Saoudite : Le gouvernement dévoile la liste complète des 23 Nigérians qui seront exécutés

Les autorités saoudiennes ont dévoilé la liste des 23 Nigérians qui se trouvent actuellement dans le couloir de la mort pour des infractions liées à la drogue.

Dans un rapport, le journal The Nation laisse entendre que les Nigérians auraient été reconnus coupables d’avoir enfreint la loi sur le contrôle des stupéfiants et des substances psychotropes, promulguée en vertu du décret royal n° M/39 du 8/7/1428AH et passible de mort.

Ils auraient été arrêtés entre 2016 et 2017 à l’aéroport international du roi Abdul-Aziz, à l’aéroport international de Djeddah et à l’aéroport international du prince Muhammad bin Abdu-Aziz, Madinah ayant dissimulé les substances interdites dans leurs rectums, selon le document saoudien.

Les noms des personnes condamnées ont été indiqués comme suit :

Adeniyi Adebayo Zikri

Publicité

Tunde Ibrahim

Jimoh Idhola Lawal

Lolo Babatunde

Sulaiman Tunde

Idris Adewuumi Adepoju

Abdul Raimi Awela Ajibola

Yusuf Makeen Ajiboye

Adam Idris Abubakar

Saka Zakaria

Biola Lawal

Isa Abubakar Adam

Ibrahim Chiroma

Hafis Amosu

Aliu Muhammad

Funmilayo Omoyemi Bishi

Mistura Yekini

Amina Ajoke Alobi

Kuburat Ibrahim

Alaja Olufunke Alalaoe Abdulqadir

Fawsat Balagun Balagun Alabi

Aisha Muhammad Amira

Adebayo Zakariya

Cette information survient quelques semaines après que les autorités saoudiennes ont exécuté Kudirat Afolabi et Saheed Sobade pour trafic de drogue.

Les autorités nigérianes ont condamné ces exécutions mais l’Arabie Saoudite a défendu son système juridique. Dans une interview accordée à The Nation, l’ambassadeur du Royaume d’Arabie Saoudite, Adnan Mahmod Bostaji, a déclaré que les peines ne sont exécutées qu’une fois les preuves établies. Il a décrit le système juridique comme étant transparent, ajoutant qu’il fonctionne sur l’équité et la justice.

Il a également déclaré qu’environ 1,5 million de Nigérians vivent en Arabie saoudite sans être agressés.

« Aujourd’hui, nous avons plus de 1,5 million de Nigérians en Arabie saoudite dans pratiquement tous les secteurs de notre économie. Ces 1,5 million de Nigérians sont légitimement engagés dans divers services et ne sont pas agressés. Vous ne devriez pas utiliser l’inconduite de quelques Nigérians pour présumer que tout ne va pas bien entre le Royaume d’Arabie Saoudite et le Nigeria ».

Adnan Mahmod Bostaji a demandé aux autorités de tous les aéroports nigérians de mettre en œuvre des procédures qui empêcheront le trafic de drogue.

« Le système juridique du Royaume d’Arabie saoudite est transparent et ne fonctionne que sur l’équité et la justice. Les condamnations à mort ne sont exécutées qu’après que tous les éléments de preuve ont été établis, et c’est exactement ce qui a été fait dans le cas de la femme nigériane récemment exécutée. En fait, dans sa récente déclaration, l’assistante spéciale principale du président pour les affaires étrangères et la diaspora, Mme Abike Dabiri-Arewa, a condamné ce que cette femme avait fait. J’espère que les médias et les réseaux sociaux s’abstiendront de porter des jugements et de faire des commentaires hâtifs. Je crois que nous avons tous intérêt à rendre justice. Je veux aussi qu’ils sachent qu’il y a une coordination continue, ainsi qu’une coopération, entre les fonctionnaires et les ambassades des deux pays. Les deux pays ont eu des années de fortes relations bilatérales, y compris une coopération sur diverses questions internationales d’intérêt mutuel », a-t-il souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.