Arrestation d’une ex-figure du régime Biya

L’ancien ministre camerounais de la Défense, Edgar Alain Mebe Ngo’o, ex-figure du régime du président Paul Biya, a été arrêté et placé en garde à vue à Yaoundé pour de supposées malversations financières, a appris mercredi l’AFP de sources judiciaires.

Convoqué mardi par des enquêteurs d’une unité spéciale du Tribunal criminel spécial (TCS), spécialisé dans la répression de la grande corruption, M. Mebe Ngo’o a été placé en garde à vue, a affirmé à l’AFP un responsable de cette juridiction.

« Sa garde à vue se poursuit. Il est dans une cellule du TCS. C’est ce jour (mercredi) qu’on saura la suite », a-t-il ajouté, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.


#Cameroun, l’ancien ministre de la Défense, Edgar Alain Mebe Ngo’o, et ses co-accusés ont d’abord été placés en garde à vu au parquet du Tribunal Criminel spécial, puis mis sous mandat de dépôt à la prison de Kondengui, à Yaounde.

Selon lui, l’intéressé et plusieurs autres personnes, dont son épouse et d’anciens proches collaborateurs, sont visés par une procédure pour des « malversations financières » présumées.

Mardi, l’unité spéciale en charge des enquêtes sur les détournements de fonds publics a signé un « ordre de garde à vue » à l’encontre de M. Mebe Ngo’o et de trois autres personnes, selon le document circulant sur les réseaux sociaux et authentifié par l’AFP.

En 2010, un journaliste camerounais, Jules Koum Koum, décédé dans un accident de la route, avait enquêté sur un supposé scandale de surfacturation des tenues militaires livrées par la société de fourniture MagForce au ministère de la Défense, au moment où M. Mebe Ngo’o était à sa tête.

Figure du régime de Yaoundé, M. Mebe Ngo’o, présenté par certains comme un éventuel successeur de M. Biya au pouvoir depuis trente-six ans, a été limogé du gouvernement l’an dernier alors qu’il était ministre des Transports (2015-2018), après avoir été quitté la Défense (2009-2015).

Avant son entrée au gouvernement, M. Mebe Ngo’o avait été directeur du cabinet civil de la présidence de la République et patron de la police, notamment.

Selon la presse locale, ce proche de Paul Biya se serait constitué une impressionnante fortune personnelle grâce aux activités de ses entreprises qui ont régulièrement décroché des marchés publics avec le gouvernement camerounais.

Le TCS est une juridiction spéciale créée pour enquêter et poursuivre les auteurs de détournements de fonds publics au Cameroun pour des montants supérieurs à 50 millions de FCFA (76.000 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.