Au Sri Lanka, le bilan des attentats s’alourdit

Plus de 30 étrangers font partie des personnes tuées. Trois enfants du milliardaire danois Anders Holch Povlsen ont également été tués.

Les autorités sri-lankaises accusent un groupe islamiste local, le « National Thowheeth Jama’ath », d’avoir mené les attentats dirigés contre des églises et des hôtels de luxe.

Mais un ministre de haut rang, Rajitha Senaratne, déclare qu’il ne voyait pas comment une organisation locale aurait pu mener des attaques de cette ampleur sans soutien international.

Il révèle que les autorités avaient reçu de la part d’agences de renseignement internationales des informations relatives à des attentats visant le pays.

Mais ces informations n’avaient pas été transmises au Premier ministre Ranil Wickremesinghe, Rajitha Senaratne.

Selon le porte-parole du gouvernement sri-lankais, Rajitha Senaratne (en photo), les attentats ont été perpétrés par le « National Thowheeth Jama’ath ».
Avant d’être incriminé par les autorités du Sri Lanka pour les attentats de dimanche de Pâques, le « National Thowheeth Jama’ath » avait été accusé de la destruction de statues bouddhistes, il y a quelques mois.

Peu connu, le groupe aurait fait une montée en puissance soudaine en passant de la lutte contre les moines bouddhistes radicaux à de spectaculaires attaques kamikazes contre des hôtels de luxe et des églises de la minorité chrétienne du pays.

Des attentats font plus de 200 morts au Sri Lanka

Un commandant sri-lankais renvoyé du Mali

Vingt-quatre personnes ont été arrêtées pour leur présumée participation aux attentats, ont annoncé lundi les autorités sri-lankaises.

Elles cherchent à savoir si le groupe a bénéficié d’un soutien extérieur au Sri Lanka.

« Nous avons du mal à voir comment une petite organisation dans ce pays peut faire tout ça », a déclaré le porte-parole du gouvernement sri-lankais.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.