.

.

.

.

.

Avec 20 députés : Le dialogue national sans le Pds inquiète le pouvoir

Le dialogue national prévu, ce mardi 28 mai, préoccupe le pouvoir en place. Selon les sources de Senegal7.com, la non-participation du Pds taraude l’esprit du chef de l’Etat. Car, du fait que le statut de l’opposition et le financement des partis politiques occuperont une place de choix dans les discussions, le chef de l’Etat veut que le Pds prenne part à la rencontre. «Wade et moi avons besoin de nous parler puisque nous avons forcément des sujets qu’il nous faut régler…», avait lancé Macky Sall sur les ondes de Rfi, au sortir des dernières élections législatives lors desquelles le Pds est arrivé deuxième avec 20 députés. Donc la première force d’opposition au Sénégal.

«Wade et moi avons besoin de nous parler »

C’est le chef de l’Etat, Macky Sall qui l’avait au sortir des dernières élections Législatives qui ont vu le Pds occuper la première force politique de l’opposition avec un nombre de députés qui constitue le deuxième et dernier groupe parlementaire à l’hémicycle.

Sur les ondes de Rfi, Macky Sall avait confié que l’ancien président qui a renoncé à son siège de député, peut « continuer à donner de l’inspiration à ses partisans, et même au pays sans siéger à l’Assemblée nationale».

En ce sens, Macky Sall a appelé son ancien «mentor» au dialogue : « Nous avons besoin de nous parler puisque nous avons forcément des sujets qu’il nous faut régler (…)».

…Deux sujets de discussion

Macky Sall évoque notamment la question du « statut du chef de l’opposition », dont il faut « définir les modalités », ainsi que la «règlementation de la participation aux élections». Ainsi, il avait appelé donc l’opposition à discuter de ces deux sujets, « en toute responsabilité, et en démocrates ».

Reste à savoir si Abdoulaye Wade répondra positivement à cet appel au dialogue. Dans sa lettre de démission à l’Assemblée nationale, l’ancien président de 91 ans a fustigé en écrivant que les résultats des législatives de juillet étaient « controversés».

Un goût d’inachevé

La coalition d’Abdoulaye Wade reste la première force d’opposition au Sénégal. C’est pourquoi sa non-présence lors du dialogue national prévu, demain, mardi 28 mai sera un goût d’inachevé chez les tenants u pouvoir. Car, force est de reconnaitre qu’avec ses 20 députés à l’Assemblée nationale, rien ne pourra se décider sur le plan politique sans la participation du Pds. D’où le vœu le plus absolu du chef de l’Etat de voir le Pds prendre part à la rencontre.


commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok