Avort3ment au Sénégal: une femme sur deux rencontre des complications

D’après le rapport d’une étude de l’CRDH, avec l’appui de Guttmacher Institute, une femme sur deux rencontre des complications après avortement à risque. Ce rapport, fait en 2014 a été présenté, samedi à la presse en marge d’un atelier. À la base, le code pénal interdit l’interruption volontaire de la grossesse (IVG).
Publicité

« Il est clair que certaines femmes viennent aux structures de santé avec des complications après avortement à risque. Mais la pratique est illégale et il est clair que ces femmes ne présenteraient que le sommet de l’iceberg de toutes les femmes qui ont fait des avortements », relève-t-on, lors de cette session organisée par l’Association des juristes sénégalais.

Les besoins non satisfaits de planification familiale restent élevés avec notamment un taux de prévalence contraceptive et de 23 %. Pis, 25 % des Sénégalaises mariées ont des besoins non satisfaits en matière de planification familiale : ce qui peut donner naissance à des grossesses non désirées.

Le terrain a montré que l’avortement est courant au Sénégal. Selon les estimations, 51.500 avortements ont été provoqués en 2012. Le taux de l’avortement a été estimé à 17 pour 1000 femmes âgées de 15 à 44 ans : près de 2 % des femmes ont fait un avortement.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok