Barrage Ligue 1-Ligue 2 : Toulouse se maintient dans l’élite

Fort de son matelas d’avance acquis lors du match aller (0-3), le Toulouse FC a assuré l’essentiel en préservant cet avantage. Une petite victoire 1-0 a suffi au bonheur des Violets, face à un AC Ajaccio qui n’a pas su élever son niveau de jeu lors des deux confrontations. Conséquence, le TFC restera bel et bien en Ligue 1 la saison prochaine.

Dernier match de la saison dans l’Hexagone. Après le barrage Ligue 2-National qui a vu Grenoble remonter en Ligue 2 aux dépens de Bourg-en-Bresse, c’était au tour du Toulouse FC et l’AC Ajaccio de se disputer le barrage retour Ligue 1-Ligue 2. Grâce à sa large victoire lors du match aller (0-3), le TFC était très clairement en ballottage favorable. Sauf cataclysme, les Violets devraient rester en Ligue 1 la saison prochaine. Mais il ne fallait pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Les Havrais pouvaient notamment en témoigner, eux qui s’étaient fait égaliser dans les derniers instants, pour finalement perdre aux tirs au but (2-2, 5-3).

Dès le début de la partie, les Ajacciens mettaient le pied sur le cuir et tentaient de contrôler le match. Forcément, avec un retard de trois buts, les hommes d’Olivier Pantaloni n’avaient d’autres choix que de jeter à l’assaut du but gardé par Lafont. Côté Toulousains, ces derniers laissaient volontiers le cuir à l’adversaire, préférant procéder en contre. Mais face à un bloc très compact, le club corse ne parvenait pas à trouver les espaces. Il faut dire que la pluie battante n’arrangeait pas les choses. La première réelle occasion du match était à mettre au crédit du TFC. Servi en retrait par Sanogo, Moubandjé allumait la mèche, mais Mandanda repoussait le danger (17e). Petit à petit, les Violets remettaient le pied sur le cuir. Ils dominaient la partie, mais se montraient trop brouillon dans les 30 derniers mètres pour être dangereux. Quelques semi-occasions de part et d’autre, mais rien de très emballant dans ce premier acte.

La marche était trop haute pour l’AC Ajaccio

Pour espérer renverser la vapeur et créer l’exploit, l’ACA devait clairement mettre plus de rythme et de folie dans ce match, parfaitement gérer à l’expérience par le Toulouse FC. Mais les hommes d’Olivier Pantaloni avaient-ils la force mentale et le talent nécessaire pour le faire ? A la vue du match aller et de la première période, difficile pour les supporters ajacciens d’y croire. Et comme pressenti, la magie n’opérait pas. Si les intentions étaient bonnes, l’ACA éprouvait les pires difficultés du monde à se montrer dangereux, en faisait preuve de bien trop d’imprécisions (56e).

Un peu comme le TFC dans ce match. A l’image de son attaquant phare, Yaya Sanogo, qui manquait à deux reprises son contrôle dos au but, alors qu’il était en bonne position (48e). Il faut dire que ce soir, pour le plus grand malheur des supporters, on assistait à une rencontre soporifique. Max Alain-Gradel et Durmaz, rentré peu avant, essayaient de mettre ce grain de folie, mais le frère de Mandanda avait l’objectif de garder sa cage inviolée (56e). Et quand l’AC Ajaccio était en bonne position de faire trembler les filets, la barre transversale se mettait en travers (71e). A force de vendanger, ces derniers se faisaient punir par Durmaz, auteur d’une frappe surpuissante au bout du temps réglementaire (1-0, 89e). Si ce match ne restera clairement pas dans les annales, le Toulouse FC n’en a que faire, puisque c’est bien le club de la ville rose, qui évoluera dans l’élite du football français la saison prochaine.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok