Bayern Munich-Hertha Berlin : Karim Rekik au cœur de la polémique après son coup de sang

Karim Rekik, expulsé contre le Bayern Munich ce week-end (1-0, 23e journée de Bundesliga), s’en est pris à Robert Lewandowski par voie de presse. Le Néerlandais, passé par l’Olympique de Marseille, risque une lourde suspension.
On jouait la 84e minute de Bayern Munich-Hertha Berlin (1-0, 23e journée de Bundesliga) quand Karim Rekik (24 ans) dégoupilla. Au duel avec Robert Lewandowski sur un ballon aérien, le défenseur central se retrouvait au sol. Les deux hommes se relevaient et le Néerlandais bloquait volontairement le passage de l’attaquant bavarois. L’arbitre de la rencontre sifflait faute et expulsait directement l’ancien Marseillais. Remonté, ce dernier demandait à l’homme en noir d’avoir recours à la VAR. Mais rien n’y faisait et il devait quitter ses partenaires avant la fin de la rencontre.

Le Polonais, interrogé en zone mixte, regrettait le mauvais geste de son vis-à-vis. « C’était clairement un carton rouge mérité. Il m’a vu exactement et m’a bloqué intentionnellement », a-t-il confié en zone mixte, à l’issue de la partie. Des propos qui n’ont pas franchement plu à l’international oranje (4 sélections). Et il l’a fait savoir dans les colonnes de Bild. « Je suis très déçu de ses déclarations. Je le considère comme un grand joueur, mais, pour moi, il ne dit pas la vérité », a-t-il lâché avant de poursuivre et de mettre le n° 9 munichois en cause.

« Il est tombé comme si Mike Tyson l’avait frappé »
« Il n’a aucun besoin de dire ça. J’aimerais lui proposer de revoir la scène avec moi. (…) Il est tombé comme si Mike Tyson l’avait frappé. (…) Quand je reçois un carton rouge mérité, je rentre aux vestiaires et je me tais. Pourquoi dit-il une telle chose ? », s’est-il demandé. Pour lui, Lewandowski lui a délibérément mis un coup de pied au visage lorsqu’ils étaient au sol. Il n’aurait donc fait que réagir. « J’ai revu la scène plus de dix fois. À mon avis, il me frappe délibérément avec le pied au visage ! », a-t-il lancé, encore très remonté. Le Hertha soutient ouvertement et publiquement le natif de La Haye.

« Lewandowski était allongé sur le sol et jouait le cygne mourant », a lancé le directeur sportif Michael Preetz. L’entraîneur Pal Dardai a lui aussi trouvé le rouge exagéré. « À mon avis, Lewandowski commet une faute en premier. Les deux auraient dû prendre un carton jaune », a-t-il confié. Le club de la capitale allemande a déjà fait savoir qu’il ferait appel si Karim Rekik – son leader défensif grâce à « sa solidité, sa fiabilité, son sens de l’anticipation et sa qualité de relance » selon notre confrère allemand de Fussball Transfers Tobias Feldhoff – écopait de plus d’un match de suspension. Cette affaire ne fait donc peut-être que commencer…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok