Binta Ba traîne à la barre son époux Libass Sow qu’il accuse de lui avoir volé

Le couple Sow a soldé ses comptes, hier, devant le juge du tribunal correctionnel de Dakar. Pour avoir volé le terrain de sa femme Binta Ba, en usant de manœuvres frauduleuses, Libass Sow a été traîné par cette dernière devant le juge Ndary Diop, pour faux et usage de faux et escroquerie. Il seront départagés le 16 mai prochain. Le procureur Ismaïla Diallo a requis l’application de la loi contre le prévenu.

Libass Sow ne fait pas partie des maris dont on peut se glorifier, qui offrent villas, voitures et autres objets de valeur à leurs conjointes. Cet homme, qui était au chômage, sans revenus et qui a été hébergé par sa belle-mère, a eu l’idée tordue de voler le terrain appartenant à sa femme Binta Ba, en usant de subterfuges. Ce, lorsqu’ils étaient dans les liens du mariage. Hélas, le couple a divorcé devant le tribunal d’instance de Pikine. Sur les faits, le nommé El Hadji Ba, titulaire d’une délibération du Conseil rural de Tivaouane Peulh, a attribué un terrain de 172 m2 à sa cousine Binta Ba. Ainsi, la dame avait remis à son mari un acte de donation pour qu’il aille faire la régulation dudit terrain au niveau de Tivaouane Peulh. Ne s’étant pas acquitté de cette tâche, il est allé plutôt faire deux délibérations à l’insu de sa femme. Ce faisant, c’est celle de Libass Sow qui a été approuvée par les autorités, à savoir le sous-préfet de Tivaouane Peulh, grâce à ses manœuvres frauduleuses. Toutefois, malgré le fait qu’il n’a pas d’acte de cession venant de El Hadji Ba, Libass Sow soutenait mordicus que ce dernier lui avait donné ledit terrain. Or, l’enquête qui a été diligentée par la Direction de la surveillance et de la conservation des sols (Dscos) a révélé que El Hadji Ba déclare avoir cédé le lopin de terre à sa cousine, contrairement aux aveux du mari, Libass Sow.
Interpellé et inculpé pour faux et usage de faux et escroquerie, Libass Sow a été attrait devant la barre du tribunal correctionnel de Dakar, mais il n’a pas déféré à la convocation du juge. Cependant, son épouse Binta Ba qui était devant le prétoire est revenue sur les détails de leur discorde. «Le terrain m’appartient et c’est moi qui y ai édifié des constructions avec l’argent que m’a reversé ma mère sur la vente d’un de ses terrains. Par ailleurs, il a envoyé ses frères qui m’ont battue et expulsée de ladite maison. Mon mari m’a révélé que les actes qu’il me montrait étaient faux. Et qu’il le faisait pour me leurrer», a-t-elle déclaré. Son avocat a réclamé à Libass Sow la somme de 50 millions à titre de dommages et intérêts. Selon la robe noire, Binta Ba a érigé un immeuble R+1 sur le terrain litigieux. Le procureur Ismaïla Diallo a pour sa part souhaité l’application de la loi à l’encontre du prévenu. Après les débats, le délibéré est fixé pour le 16 mai 2019.

jotaay.net

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok