Bombardement de Bouaké : les proches des victimes en colère face à l’abandon des poursuites


Trois ex-ministres français échappent aux poursuites judiciaires sur leur rôle dans le bombardement du camp de Bouaké, qui avait tué neuf militaires français en Côte d’Ivoire en 2004. Une décision arbitraire, estime l’avocat des familles de victimes.

Trois ex-ministres sous Jacques Chirac échappent aux poursuites judiciaires. Après l’avis rendu, mercredi 22 mai, par la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR, la juridiction française qui a compétence pour juger les crimes ou délits commis par les membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions), Michèle Alliot-Marie, Dominique de Villepin et Michel Barnier échappent à une enquête sur leur rôle dans le bombardement du camp militaire français de Bouaké, en Côte d’Ivoire, en 2004. Neuf militaires français et un ressortissant américain avaient trouvé la mort dans cette attaque.

« C’est une décision contraire à la justice, qui suscite ma profonde colère car elle va à l’encontre du dossier d’instruction qui a duré 15 ans et elle est contraire aux conclusions des juges d’instruction », a réagi mercredi 29 mai Me Jean Balan, avocat d’une partie des familles des victimes, interviewé dans le Journal de l’Afrique de France 24.

« Nous sommes empêchés par un oukase de découvrir la vérité (…) On veut savoir d’où vient l’ordre de bombarder et pourquoi cet ordre de bombarder le camp français. On sait d’après le dossier que ça ne vient pas de Gbagbo », a poursuivi l’avocat, qui a assuré que les familles poursuivraient le combat pour éclaircir les circonstances du drame.

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.