BP SENEGAL REJETTE ET PARLE SUR LES ACCUSATIONS CONCERNANT LE BASSIN GAZ BBC

BP a rejeté une enquête de la BBC suggérant un accord gazier signé par le géant de l’énergie au Sénégal, qui priverait l’Etat de l’Afrique de l’Ouest des revenus indispensables.

L’enquête a provoqué un tollé dans ce pays appauvri, où les découvertes de pétrole et de gaz au cours des cinq dernières années ont nourri les attentes du public en ce qui concerne une véritable aubaine.

Selon la BBC, en 2017, BP avait acheté les droits sur des actions de deux gisements de gaz situés dans les eaux sénégalaises, acquis en 2012 par la Timis Corporation, contrôlée par un homme d’affaires australo-roumain, Frank Timis.

BP a versé 250 millions de dollars (222 millions d’euros) à Timis Corp. et s’est engagé à verser des redevances d’environ 10 milliards de dollars sur 40 ans, indique le communiqué.

L’accord priverait le Sénégal, parmi les 25 pays les plus pauvres du monde, de revenus importants au fil des décennies, a-t-il ajouté.

Lors d’une conférence de presse, le responsable de BP au Sénégal, Geraud Moussarie, a déclaré que les chiffres du contrat étaient « confidentiels », mais a condamné la description du rapport selon laquelle les activités de la société seraient « trompeuses et fausses ».
Le chiffre de compensation rapporté par la BBC est « tellement faux et exagéré qu’il s’agit d’un fantasme complet », a déclaré Moussarie, s’exprimant en français.

BP « ne reconnaît pas » le document qui présente la figure et pense qu’il a été « produit par une autre partie », a-t-il déclaré. Il a également rejeté l’idée que le Sénégal était trompé.

‘Aucun impact’

«Même dans un scénario caractérisé par des conditions techniques et économiques très favorables, les redevances payables à BP par Timis Corporation ne seraient pas égales à un pour cent de ce que la République du Sénégal pourrait recevoir», a déclaré Moussarie.

Il a ajouté: «Toutes les redevances payables à Timis Corporation seront déduites exclusivement des fonds de BP. Ces redevances n’auront donc aucun impact sur les revenus de la République du Sénégal ou de ses partenaires.  »

Le reportage, diffusé sur les programmes Panorama et Africa Eye de la BBC, indiquait qu’en juin 2012, le président nouvellement élu, Macky Sall, avait confirmé la décision prise par son prédécesseur, Abdoulaye Wade, d’attribuer les droits à Timis Corp.

Deux ans plus tard, Timis Corp. a secrètement versé un «bonus» de 250 000 dollars (222 000 euros) à Agritrans, une société contrôlée par le frère cadet de Sall, Aliou Sall, a-t-il ajouté.

Aliou Sall travaillait également pour le groupe Timis après la nomination de son frère au poste de président et touchait un salaire de 25 000 dollars par mois, a annoncé la BBC.

Il a démissionné en octobre 2016 après avoir été accusé d’un conflit d’intérêts par l’opposition. Il a été nommé à la tête d’une banque de dépôts d’épargne gérée par l’État, la CDC, en 2017.

Aliou Sall a fermement démenti cette information, affirmant qu’il engagerait une action en diffamation contre la BBC à Dakar et à Londres.

Le gouvernement sénégalais a qualifié le rapport de « manifestement tendancieux » et « bourré d’accusations graves et fausses », bien qu’il n’ait pas répondu aux allégations de manière spécifique.

Le président Sall a déclaré qu’il considérait les accusations comme une tentative de « déstabilisation » d’un pays qui essayait de tirer le meilleur parti de sa découverte de combustibles fossiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.