CAN : Retour sur les précédents affrontements entre l’Algérie et le Sénégal

Ce jeudi, pour la deuxième journée du Groupe C, l’Algérie se coltinera pour la vingt-et-unième fois de son histoire le Sénégal. Une escouade qui, si elle compte parmi les mastodontes du continent africain, n’a jamais vaincu les Fennecs en phase finale de CAN. Retour sur quelques précédents…

Le plus légendaire : Algérie 2-1 Sénégal, CAN, Alger, le 12 mars 1990

Louée pour son jeu et pour ses footballeurs d’une grande qualité – Madjer en premier lieu, l’Algérie, qui n’avait de cesse d’enchanter le continent africain, désirait enfin garnir son armoire à trophée. Et pour cause, après avoir accroché deux médailles de bronze (en 1984 et 1988) et une finale face au grand Nigeria en 1980 (0-3), les Algériens n’avaient d’autre choix que de se racheter devant leur public et de décrocher le premier titre de leur histoire. Alors, après une phase de poule quasi-parfaite – trois victoires en trois matches, dont une démonstration face au Nigeria en ouverture de la compétition (5-1) – interdiction de se louper en demi-finale de sa compétition. Face au Sénégal, devant près de 70 000 personnes, Menad allumait la première mèche d’une superbe praline (4e). Néanmoins, le stade du 5 juillet ne chavirait pas bien longtemps, puisqu’un quart d’heure plus tard, Serrar déviait malencontreusement une frappe sénégalaise dans son propre but (20e). Mais à l’heure de jeu, Amani délivrait les Verts pour de bon (62e). À la faveur de ce magnifique succès, l’Algérie s’envolait pour la finale et s’offrait le droit de rêver. Pour la suite que l’on connaît.

La première victoire du Sénégal : Sénégal 3-0 Algérie, éliminatoires de la Coupe du monde 2002, Dakar, le 21 avril 2001

Enfin ! Après quatorze rencontres à manger son pain noir face aux Algériens, le Sénégal conjurait enfin le mauvais sort. Et de quelle manière ! Dans un match maîtrisé de bout en bout, les troupes de Bruno Metsu broyaient des Verts à l’agonie, incapables de répondre à la furia adverse. El Hadji Diouf, d’un triplé clinique, se jouait d’une défense inerte, en lui faisant vivre un véritable calvaire. Le festival, qui débutait à la deuxième minute de jeu – déjà, se poursuivait au retour des vestiaires (47e), avant de s’achever définitivement à un quart d’heure de la fin de la joute. 3-0, emballé, c’est pesé. Ainsi, le Sénégal poursuivait en toute quiétude son petit bonhomme de chemin pour attraper le wagon de la Coupe du monde. L’Algérie, quant à elle, se maintenait dans une forme de torpeur des plus inquiétantes.

L’un des plus serrés : Sénégal 1-0 Algérie, éliminatoires de la CAN et de la Coupe du monde 2010, Dakar, le 31 mai 2008

Pour l’ouverture du deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2010, l’Algérie se déplaçait sur les terres des Lions de la Teranga. Dans un stade Léopold Sédar Senghor survolté, les vingt-deux acteurs se livraient une bataille physique intense. Seulement, il n’en était rien techniquement. Pourtant, à quelques encablures de la pause, Saïfi pensait ouvrir le score à la suite d’un joli numéro de Djebbour et Belhadj, mais l’attaquant algérien voyait son pion être invalidé par le corps arbitral en raison d’un hors-jeu supposé d’un Fennec. Les locaux, eux, quelque peu brouillions, foudroyaient la cage de Gaouaoui, obligeant ce dernier à étaler moult fois ses talents sur sa ligne. Mais à dix minutes du terme de la rencontre, Diagne, d’un magnifique coup de casque sur corner, donnait un avantage décisif aux siens (79e). 1-0, score final. Les Fennecs pouvaient nourrir des regrets. Les Sénégalais, eux, débutaient leur campagne de qualification de la meilleure des manières.

Le plus fou : Algérie 3-2 Sénégal, éliminatoires de la CAN et de la Coupe du monde 2010, Blida, le 5 septembre 2008

Avec six points acquis en quatre journées, l’Algérie, dos au mur et défaite à l’aller donc, recevait à Blida, dans son antre Mustapha Tchaker, la bande à El Hadji Diouf. Valeureux et dominateurs par moments, les hommes de Saâdane se faisaient pourtant cueillir à froid au sortir des vestiaires par Dia (53e). Mais les Verts, devant un public en furie, retournaient la situation dans le sillage d’excellents Ziani et Saïfi. Bezzaz, d’abord, s’amusait de l’arrière-garde sénégalaise et remettait les deux équipes à égalité (60e). Saïfi, d’un coup de tête, donnait ensuite l’avantage (66e) aux siens avant de voir Yahia, pourtant en difficulté jusque-là, parachever la superbe victoire des siens (72e). Et ce même si Sougou y allait de son pion en toute fin de rencontre (90e). Au bénéfice de ce succès au scénario fou, l’Algérie trônait en tête de son groupe et assurait, pratiquement, sa place au prochain tour de qualification. Les Lions de la Teranga, eux, restaient sur le carreau.

La leçon : Sénégal 0-2 Algérie, CAN, Mongomo (Guinée équatoriale), le 23 janvier 2015

Il suffisait d’un petit point au Sénégal pour poinçonner son billet pour les quarts de finale de la CAN. L’Algérie, elle, se devait de l’emporter pour poursuivre son aventure équatoguinéene. Impérativement. Les ouailles de Gourcuff lançaient alors le rouleau compresseur et asphyxiaient des Sénégalais au bord du gouffre. Sur un long ballon du capitaine algérien Bougherra, Mahrez obligeait le portier adverse à aller chercher le cuir dans ses filets (11e). À sa main, l’Algérie persévérait et continuait d’assiéger les trente derniers mètres sénégalais. Stratégie payante, puisque les Fennecs, au moyen d’une frappe à l’entrée de la surface de Bentaleb, anéantissaient les derniers espoirs des Lions de la Teranga (82e). Mission accomplie pour les Algériens, au contraire des Sénégalais, invités à regagner Dakar.

La dernière confrontation : Algérie 2-2 Sénégal, CAN, Franceville (Gabon), le 23 janvier 2017

Presque éliminée avant cette dernière journée des phases de groupe, avec un petit point seulement au compteur, l’Algérie s’offrait une dernière balade face au sérieux Sénégal, déjà qualifié. Slimani, sur un bonbon de Hanni, inscrivait le premier pion de la partie et ravivait les espoirs de ses supporters (10e). Mais les Verts, sur le reculoir, subissaient l’égalisation de Diop à quelques minutes de la pause (44e). Le deuxième acte démarrait sur les chapeaux de roue, puisque Slimani remettait le couvert sur une reprise de volée peu académique dans la surface ,consécutive à une offrande de Mahrez (52e). Dans la foulée, Sow, d’une belle frappe croisée, remettait les pendules à l’heure (54e). Le score ne bougeait plus. Les Fennecs et les Lions de la Teranga se quittaient bons amis, ou presque. Tandis que ces derniers goutaient aux joies du prochain tour, l’Algérie, elle, sortait de cette CAN par la petite porte.

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.