Cancer du côlon : ajouter du chou à vos repas aide à réduire le risque

Une récente étude britannique a démontré les effets bénéfiques des légumes de la famille des Brassicacées sur les intestins. Ces légumes activent une substance particulière de notre corps qui nous protégerait de l’inflammation des intestins ainsi que du cancer.

Une substance anti-cancer retrouvée dans le chou et brocoli

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont basé leur étude sur des souris. Celles-ci ont suivi un régime riche en indole-3-carbinol (I3C), substance que contiennent les Brassicacées. Pendant la phase de digestion, cette substance est modifiée par l’acide gastrique. Elle peut changer le comportement des cellules souches qui régénèrent la paroi intestinale et celui des cellules immunitaires qui contrôlent l’inflammation. Elle active ainsi une protéine présente dans notre corps, appelée récepteur d’aryl d’hydrocarbone (AhR). C ‘est ce mécanisme qui a pu empêcher l’inflammation et donc le développement du cancer du côlon chez les souris. « Nous avons étudié des souris génétiquement modifiées qui ne pouvaient pas produire ou activer l’AhR dans leurs intestins, et nous avons observé qu’elles ont facilement développé une inflammation des intestins qui a progressé en cancer du côlon », explique le Dr Amina Metidji, l’un des auteurs de l’étude. « Même quand les souris ont commencé à développer des tumeurs et qu’on les a mises sous un régime approprié, cela a stoppé leur progression », ajoute le Dr Stockinger. « Cette étude sur les souris suggère que ce n’est pas seulement la fibre que contiennent les légumes comme le brocoli et le chou qui aide à réduire le risque de cancer du côlon mais également les molécules que l’on retrouve dans ces légumes », a également indiqué à la BBC le professeur Tim Key du centre de recherche et de lutte contre le cancer au Royaume-Uni.

Qu’est-ce que le cancer du côlon ?

Si les résultats de cette étude rendent les chercheurs optimistes quant à la prévention du cancer du côlon grâce à une alimentation particulière, ils n’en oublient pas moins que les facteurs de risque de la maladie sont également environnementaux et génétiques. En France, on estime à plus de 40 000 le nombre de nouveaux cas de cancer du côlon par an. Cette maladie qui se développe sur la muqueuse du gros intestin touche plutôt les hommes et les femmes de plus de 50 ans. L’âge moyen du diagnostic est de 70 ans. Les symptômes principaux sont du sang dans les selles, une grande fatigue, des douleurs gastriques, une perte de poids ou encore des malaises. Le cancer du côlon peut être traité notamment grâce à la chirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Source: medisite.fr

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok