En Catalogne, les indépendantistes préparent la riposte à l’article 155

Le président de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, qui devait s’exprimer jeudi à 13h30, vraisemblablement pour annoncer des élections régionales anticipées, y a finalement renoncé.

L’exécutif catalan est dos au mur. Alors que le Sénat espagnol doit se réunir vendredi pour valider l’article 155 de la Constitution activant la suspension de l’autonomie catalane, le président de la Généralité, Carles Puigdemont, devait annoncer ce midi la tenue d’élections régionales pour le 20 décembre, selon la Vanguardia.

Confusion et pression

Mais coup de théâtre, il y a renoncé à la dernière minute. Le discours que Carles Puigdemont, devait prononcer ce jeudi a été annulé sans explication. Initialement prévue à 13h30 heure locale, l’intervention de Puigdemont avait déjà été repoussée d’une heure.

Ce discours impromptu devait intervenir alors que le dirigeant régional doit composer avec des pressions venant de toute part,  y compris de ses propres rangs. Le parti conservateur indépendantiste l’intimerait en effet de convoquer immédiatement des élections régionales.

Mais un autre parti du camp séparatiste le pousserait à faire une déclaration unilatérale d’indépendance de la région du nord-est de l’Espagne aux 7,5 millions d’habitants.

Une fois l’article 155 voté, une gestion directe de la région par le gouvernement central serait instaurée. Auquel cas, le président de la Catalogne Carles Puigdemont perdrait tous ses pouvoirs, d’où l’urgence pour Barcelone d’agir rapidement.

Le Sénat devrait entériner la mise sous tutelle de la région

Le Sénat espagnol doit voter vendredi la mise en oeuvre de l’article 155 qui permettra à Madrid d’administrer directement la Catalogne et à faire ainsi échec aux ambitions indépendantistes après le référendum d’autodétermination du 1er octobre, déclaré illégal par les autorités centrales.

Les mesures de mise sous tutelle de la Catalogne souhaitées par le gouvernement espagnol portent atteinte “frontalement” à plusieurs articles de la Constitution, estime pourtant le président catalan dans une lettre au Sénat.

En outre, Carles Puigdemont a repoussé mercredi une invitation à s’exprimer devant le Sénat espagnol. Quelques heures auparavant, des conseillers de Puigdemont avaient pourtant indiqué qu’il se rendrait probablement devant la chambre haute du parlement espagnol à Madrid.

Madrid demande aux Catalans d’accepter sa tutelle

Après avoir suspendu son autonomie samedi, Madrid souhaiterait encore renforcer sa mainmise sur la Catalogne. Ainsi, un représentant unique pourrait être temporairement nommé pour gouverner la région. Ce cas de figure, qui interviendrait une fois l’article 155 voté par le Sénat, a été envisagé lundi par Soraya Saenz de Santamaria, la vice-Présidente du gouvernement espagnol, sur une station de radio.

Accepter l’autorité de Madrid et ignorer les instructions des dirigeants indépendantistes, c’est pourtant l’appel adressé dimanche au peuple catalan par le ministre espagnol des Affaires étrangères, Alfonso Dastis. Cette invitation à s’en remettre à Madrid intervient après la dissolution de l’exécutif régional et la mise sous tutelle du parlement de Barcelone annoncées par Mariano Rajoy, samedi.

“Restaurer l’ordre légal”

“Nous allons établir les autorités qui vont gérer les affaires catalanes au jour le jour, conformément aux lois et aux normes catalanes (…) J’espère que tout le monde ignorera les instructions qu’ils ont l’intention de donner, parce qu’ils n’aurons pas l’autorité légale de le faire”, a ajouté Alfonso Dastis.

Puigdemont s’en remet au Parlement catalan

Carles Puigdemont, président de l’exécutif catalan, a jugé samedi les décisions de Madrid inacceptables. Sans jouer, pour l’instant, la carte de la proclamation unilatérale d’indépendance, il a demandé au Parlement régional de débattre des mesures prises par le gouvernement central.

“Les Catalans ne peuvent accepter les mesures prises par Madrid”. Carles Puigdemont a estimé, samedi soir, que ces mesures étaient les “les pires attaques contre les institutions et le peuple de Catalogne depuis la dictature militaire de Francisco Franco”.

“Je demande au Parlement de se réunir en séance plénière afin que nous, représentants de la souveraineté des citoyens, puissions décider de la réponse à apporter à cette tentative de liquidation de notre gouvernement et de notre démocratie, et agir en conséquence”, a ajouté Carles Puigdemont.

Parlant d’un coup d’État, Carme Forcadell, présidente de la chambre, a quant à elle promis de tout faire pour préserver la souveraineté de l’institution.

Article 155 activé par Madrid

Mariano Rajoy, a en effet annoncé samedi midi que son gouvernement avait activé l’article 155. C’est la première fois depuis le retour de la démocratie en Espagne dans les années 1970 que Madrid invoque ce texte de la Constitution, qui prévoit la suspension de l’autonomie d’une région par le gouvernement central espagnol.

Destitution de Puigdemont

Les prérogatives du Parlement de Catalogne seront dorénavant encadrées et les pouvoirs de l’administration catalanes transférés au gouvernement central. Par ailleurs, le chef du gouvernement espagnol va demander au Sénat d’approuver la destitution du président de la généralité de Catalogne, Carles Puigdemont. Le gouvernement souhaite ainsi la tenue d’élections en Catalogne dans les six mois.

Mariano Rajoy a reçu vendredi le soutien clair du roi d’Espagne, Felipe VI, pour qui “la Catalogne est et restera une composante essentielle” de l’Espagne. Il a obtenu également le soutien de l’opposition pour mettre la Catalogne sous tutelle.

Il appartient désormais au Sénat d’approuver ou non la mise en oeuvre de ces mesures d’exception. Un vote est prévu vendredi prochain 27 octobre à la chambre haute du Parlement

Rassemblement à Barcelone

Des dizaines de milliers d’indépendantistes catalans, 450.000 manifestants selon la police locale, le président du gouvernement catalan Carles Puigdemont en tête, ont envahi le centre de Barcelone samedi pour réclamer l’indépendance.

“Il est temps de déclarer l’indépendance”, a affirmé Jordi Balta, 28 ans, employé dans une papeterie, jugeant que l’heure n’était plus au dialogue.

La manifestation prévue à l’origine pour réclamer la libération de deux leaders séparatistes, Jordi Cuixart, de Omnium Cultural, et Jordi Sánchez, de l’Assemblée nationale catalane (ANC), emprisonnés pour sédition, a changé de tournure après les annonces de Madrid.

Le bras de fer entre Madrid et l’exécutif catalan dure depuis des semaines et l’organisation, jugée illégale par la Cour constitutionnelle d’Espagne, d’un référendum d’autodétermination en Catalogne qui s’est tenu le 1er octobre et s’est soldé par une très large majorité de votants en faveur de l’indépendance, même si le taux de participation n’a été que de l’ordre d’un peu plus de 40%.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok