Ce que cette jeune équipe des U17 doit travailler:

Ce que cette jeune équipe des U17 doit travailler:
L’alignement de la défense : un bon alignement nous aurait peut-être éviter le second but.
Les sorties de balles: quand il y a une densité axiale au milieu, les défenseurs abusent de longs ballons. Ce qui est inutile sachant que tu n’as pas un pivot en attaque. L’attaquant a aussi souvent tendance à dézoner. Du coup aucune présence axiale. Il se déporte sur le côté sachant que le capitaine n’est vraiment pas un avant-centre de métier. Et à quoi bon jouer long si tu as des ailiers qui ne sont pas grands? Nous ne sommes pas MAÎTRES DES AIRS!
Quand tu as deux relayeurs qui sont un gaucher et un droitier, j’aurais souhaité que le gaucher reste sur le côté gauche. Ce qui lui évitera de revenir sur son bon pied s’il doit renverser le ballon sur le côté droit. Pour un droitier, c’est moins compliqué.
Il manque de la simplicité. C’était peut-être moins visible face à la Guinée par rapport au Maroc.
Réduire les espaces entre milieux et défense.
Il faut savoir remonter le bloc en phase offensive.
Éviter les courses inutiles (ça revient à jouer juste).
J’ai remarqué aussi une chose: c’est que les adversaires du Sénégal ont vraiment pris le temps de bien étudier notre sélection. Je ne peux pas en dire autant pour nous. Ces jeunes ont souvent tout survolé qu’ils allaient forcément être attendus. L’erreur, c’est de tomber dans la facilité. Un joueur doit constamment travailler et se remettre en question. Il doit être sous pression. Bref… Quand j’ai vu la disposition du Maroc face aux Lionceaux, j’ai automatiquement compris que les gamins allaient galérer. Ce 4-4-1-1 qui se transformait en 4-4-2 en phase défensive avait pour but de fermer la largeur, d’avoir une densité axiale et surtout d’empêcher Amete Saloum, la première rampe de lancement, de faire jouer l’équipe. Les Marocains n’étaient pas avares en efforts. Les ailiers venaient souvent soulager les latéraux et tentaient d’empêcher nos excentrés d’entrer vers l’intérieur. Heureusement qu’on l’a réussi… en fin de match sur le but.
Être beaucoup plus TUEURS. C’est ce qui nous a manqué ce soir. Notre possession est stérile. Nous avons dominé les deux matchs (au niveau de la possession) sans pour autant gagner.
Je n’essaie pas de chercher des excuses aux jeunes, mais je pense qu’ils auraient dû être là au moins une semaine avant le début de la compétition. Nous n’avons pas le même climat. Et croyez-moi, ce n’est pas évident si tu n’es pas habitué à un certain climat. A prendre en considération pour les prochaines échéances.
Bon nous n’avons plus notre destin entre nos mains. Mais nous avons encore des chances de nous qualifier. Il faudrait que le Maroc batte la Guinée par un but d’écart (par exemple 1-0) et que nous gagnions face au Cameroun (par exemple 2-0). Ça pourrait se jouer au goal average. Il faut commencer à inculquer la culture de la gagne aux Sénégalais. C’est ce qui nous fait défaut. Nous venons souvent avec une bonne équipe, mais nous rentrons la plupart du temps avec énormément de déception. C’est ce qui nous différencie du Cameroun ou du Nigeria. Ils connaissent les grandes compétitions africaines et savent gagner. Même en jouant mal.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok