Confidence de Abdou : ”Gordjiguéne la motax sama kharitt yeup bayima”

je m’appelle Abdou (je préfère pas mettre mon vrai prénom) mais mes amis peuvent m’appeler « la miss ». J’ai 27 ans. Je me suis aperçu que j’étais h0mos*xuel et aussi j’ai assumé totalement ma situation.

Je vais être clair : Je suis g@y/h0mo/p*dé ET FIER DE L’ETRE. Je suis né et j’ai grandi dans une famille oû j’avais tout à ma disposition. Je ne vais pas mentir, en tant que fils unique, mes parents m’aimaient et m’ont bien choyé.

Alors que j’avais 15 ans, je commençais à remarquer que je ne voulais plus sortir avec des filles et que les garçons m’attiraient… beaucoup ! Et puis, au fil des années, mes amis devinrent surtout des filles car je m’entendais mieux avec elles. Aussi, je remarquais, grâce aux cours, à la télévision, à internet et j’en passe, que j’étais un h0mosxuel, un g@y pour les américains !! Dernière année de collège, j’avais envie de le dire, de le faire partager et puis, aussi, de répondre aux questions de certains de mes amis » Ah mais « » tu es pdé ou bien ? ».

J’en avais marre de leur répondre le contraire de mes pensées, j’en avais vraiment marre.
Malheureusement, j’ai perdu beaucoup d’amis. Pire encore, ils en ont profité pour inventer des rumeurs du genre que je sortais avec des hommes d’une cinquantaine d’année, avec des hommes d’affaires ivoiriens et étrangers, que je portais des c0uches etc…

Ah bon ? Alors qu’à l’époque je ne connaissais même pas garçon hein !

Heureusement, j’ai réussi à garder beaucoup d’amis quand même dont ma meilleure amie et mon meilleur ami qui m’ont aidé à « survivre » à cette fin d’année. Ils m’ont même encouragé à le dire à mes parents mais j’en avais encore un peu peur. Peur de disparaître de leur vie, peur d’être exclu.

Les premières années de l’université, je m’assumais complètement et dès la rentrée toute ma classe le savait déjà. Chacun était dans son chacun et personnes ne m’embêtait. C’était vraiment les meilleures années de ma vie… Mais même si je ne niais plus être h0mo, je me faisais un peu discret quand même

Puis, vint l’âge des 19 ans. 2011, l’année du « l’annonce à la famille ». Et soyez surpris, la meilleure de toutes ! Je n’avais toujours pas le courage de le dire à ma famille.
Donc, je me mis à écrire une très très très grande lettre et profitant de leur absence, je la déposai sur la table de salon. Puis, je partis dormir chez ma meilleure amie. Le soir de ce jour, alors que je mangeais au restaurant avec ma meilleure amie, sa mère et une autre amie, je reçus un message… C’était ma mère.

Je me rappelle juste de la fin : « Ne cherche plus jamais à revenir à la maison, nous te bannissons de la famille sauf si tu redeviens un homme ». Sous l’émotion, je me mis mis à pleurer, ma meilleure amie me prit dans ses bras et elle me dit dans l’oreille : « Ne t’en fais pas ça ira. Dieu est au contrôle ». J’étais malheureux, sûrement le garçon le plus malheureux du monde.

Mais ce que mes parents ne savaient pas c’est que nous les h0mos*xuels sommes nombreux dans ce pays… certains sont même mariés à des femmes. Ils m’ont donc pris sous leur aile et on fait de moi une personne indépendante qui ne manque de rien.

Aujourd’hui, je m’assume complètement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.