Confidence: La lettre du gendarme Maguette Mbaye à son gendre Modou Mbow avant de se suicider: « Je sais que je vais mourir… »

CONFIDENCE: LA LETTRE DU GENDARME MAGUETTE MBAYE À SON GENDRE MODOU MBOW AVANT DE SE SUICIDER: « JE SAIS QUE JE VAIS MOURIR… »

En ce  lendemain de son suicide, Le Témoin a tenté d’enquêter sur le défunt gendarme. Gendre à Ricky Mbaye affirme en effet que depuis plusieurs mois son beau-père perdait le contrôle de son corps et de ses capacités mentales, une situation invivable. « A son retour de mission en Côte-d’Ivoire, Ricky Mbaye a apporté beaucoup d’argent avec lui. Malheureusement, cet argent a été perdu. Quelques temps, on commencé à voir que Maguette perdait le contrôle de son corps et de ses capacités mentales », a confié Modou Mbow en se remémorant des évènements d’incident qui se passent souvent quand le défunt perdait le contrôle. « A chaque fois que Maguette perdait le contrôle  de son corps et de ses capacités mentales, il faisait des choses invivables. Je me rappelle un jour, il est venu chez lui au bord d’un de ses véhicules. Il est entré dans sa chambre pour sortir des liasses de billets de banque pour ensuite ressortir dans la rue afin de les distribuer aux passants », confie tristement notre interlocuteur qui soutient que ce jour-là c’est le fils du défunt même qui est venu lui en tenir informé. Et lorsque qu’il est venu, il a demandé à ‘’Ricky’’ pourquoi il distribuait à tout va de l’argent. Et Ricky lui aurait répondu que ‘’damay guéné asaka’’. « C’est mon argent ‘’damay guéné asaka’’. Je lui dis que ce n’est pas de cette manière que tu dois le faire. Et il a commencé à pleurer. Et j’ai su qu’il ne le faisait pas en toute conscience. Je l’ai calmé et aller à la poursuite de ceux à qui il a remis l’argent. Certains ont compris et ont restitués l’argent tandis que d’autre se sont perdu dans la nature », explique Modou Mbow. Face à la gravité des choses, Maguette en venait souvent à se taper la tête contre les murs. C’est du moins ce que confie son gendre Modou Mbow qui révèle que quand son beau-père a encore perdu le contrôle de son corps et de sa vie ces derniers jours, il ne pouvait plus se retenir. « Le samedi, il est venu me voir à mon atelier, qui se trouve juste devant sa maison, pour me dire que j’ai vraiment un  problème. Je lui demande quel genre de problème ? Il me répondit que je suis vraiment malade. Je lui rétorque en te regardant je sais bien que tu es encore malade. Il me dit que je suis stressé. Je lui ai demandé s’il a des problèmes ou quoi. Il me dit non avant de me dire que je sais que je vais mourir. Je lui fais savoir que ces nombreuses voitures garées devant sa maison pouvaient uniquement le stresser. Sur ce, je lui conseille de les vendre. Il me demanda ainsi de trouver acheteur avant d’aller se coucher dans sa chambre », confie notre interlocuteur.

Maguette Mbaye devait à la retraite en 2019

Gendarme homme d’affaire qui s’activait dans la vente de véhicule et autre business comme l’élevage de moutons, Maguette Mbaye alias Ricky Mbaye qui avait 2 épouses et des enfants vivait chez la maison de ses parents  à Pikine Icotaf. Selon en effet, son gendre Modou Mbow son beau-père, qui était en service à la Caserne Samba Diéry Diallo de Colobane, devait allait en retraite l’année prochaine, plus précisément en 2019. Hélas, Ricky n’atteindra jamais la retraite sur terre. Il a préféré abrégé sa vie. Modou Mbow revient sur leur journée cauchemardesque du lundi. En effet, selon lui, le défunt gendarme est sorti vers les coups de 12 heures chez lui pour aller au bord de son véhicule un endroit inconnu. « Une de ses épouses est venu à mon atelier me dire que ton grand a encore perdu le contrôle de son corps et de ses capacités mentales. Je lui ai répondu que j’ai constaté cela en échangeant avec lui ce samedi. Sur ce, elle me confie qu’il est sorti », explique M. Mbow qui soutient qu’aux environs de 17 heures de ce lundi, un de leur jeune est venu leur informer que y’a eu un homme qui s’est suicidé à la Cité Lobat Fall et que cette personne ressemblerait, selon l’ami du jeune, au vieux qu’il voyait souvent ici à la maison. « Je lui ai dit que ce n’est pas possible parce que Maguette n’oserait jamais se suicidait », soutient-il. Néanmoins, Mbow, qui voulait en avoir le cœur net, a demandé à un de ses jeunes de prendre la voiture et d’aller vérifier l’information. « Quelques minutes plus tard, le jeune m’a appelé pour me confirmer que c’était Maguette. Et c’était comme le ciel qui est tombé sur ma tête », martèle notre interlocuteur qui dit néanmoins tenir sur ses jambes pour aller constater cela de visu. Sur place, Modou Mbow a trouvé son beau-père de gendarme couché par terre juste au coté du portail de son véhicule couvert de sang. Sur ce, il dit avoir appelé le frère du père du défunt et sa sœur pour les tenir informé de la situation. Poursuivant, Modou a des regrets sur le fait qu’ils n’ont pas très tôt informé ses supérieurs hiérarchiques de la gendarmerie. « A chaque fois que ses problèmes psychiques le terrassaient, nous informons la gendarmerie qui venait le récupérer pour aller l’internait au pavillon français de l’hôpital Principal de Dakar »

commentaires
Loading...