Contribution au fonds force-covid-19 – Sonatel a t’elle gonflé ca à 2 milliards de Fcfa

Le premier opérateur de téléphonie du Sénégal prétend avoir contribué à hauteur de 2 milliards de Fcfa pour aider les autorités dans la lutte contre le coronavirus. Le montant avancé pose un problème.
Comme à son habitude, le groupe Sonatel s’est fendu de pages payantes dans la presse pour annoncer avoir « mobilisé 2 milliards de Fcfa» afin d’aider le gouvernement du Sénégal à mieux supporter les nouvelles charges nées de la crise du coronavirus. Toutefois, l’opérateur de téléphone s’empresse de préciser qu’il a remis un chèque de 250 millions de Fcfa qui vient « compléter le dispositif de soutien déployé par le groupe Sonatel à l’issue des concertations avec les autorités sur la contribution du secteur du numérique, pour une réponse coordonnée dans la lutte ».
Et hop, Sonatel évalue à 1,750 milliards de Fcfa l’aménagement de l’ex-aérogare des pèlerins de l’aéroport Lss en site médical d’urgence, la livraison du 1er lot de matériel au centre de Diamniadio, l’installation technique et l’équipement informatique pour renforcer la capacité du centre d’appels abritant le numéro vert 800 00 50 50 ; la mise en place d’un système de communications gratuites pour l’équipe du ministère de la santé et des sapeurs-pompiers; l’achat de temps d’antennes pour la diffusion des messages de sensibilisation au niveau des télévisions de grandes audiences et des radios communautaires ; 100.000 forfaits gratuits de 3G offerts aux entreprises pour faciliter le télétravail ainsi que des forfaits de 1Go offerts aux élèves/étudiants pour l’accès gratuit aux cours en ligne (Uvs-Cned), la diffusion de Sms et de messages vocaux gratuits de sensibilisation.

Une estimation qui prête à sourire. D’abord, Sonatel prétend avoir mobilisé 188 millions de Fcfa pour l’aménagement du hangar des pèlerins. Or, cette option a été… abandonnée par les autorités qui ont réquisitionné les hôtels pour les mises en quarantaine et la surveillance des cas contacts. Pour le reste, un ingénieur des télécommunications étouffe de rage : « Tout ce qu’ils ont annoncé se passe dans un même réseau qui leur appartient. Ils ont déjà les infrastructures et l’investissement est déjà amorti. Cela ne leur coûtera rien du tout. C’est aussi valable pour les forfaits 4G destinés aux étudiants et aux entreprises ».

La vérité est que l’opérateur de téléphonie s’est tristement distingué jusqu’à choquer les plus hautes autorités. Comment comprendre que Sonatel, avec un chiffre d’affaires de 1086, 6 milliards de Fcfa en 2019 remette un chèque de 250 millions de Fcfa là où, par exemple, la Compagnie sucrière sénégalaise (Css) qui fait deux fois moins que ce résultat a posé 1,6 milliards de Fcfa sur la table ?

Certaines sociétés et multinationales ont prouvé, à travers cette crise sanitaire et sociale que le Sénégal ne peut pas compter sur elles. Le cas le plus scandaleux concerne Henan Chine. Cette entreprise, gavée à coup de milliards de Fcfa par Ageroute, a remis, le 26 mars dernier, un chèque de… 2 millions de Fcfa au ministère de la Santé et de l’Action sociale qui devait le lui jeter à la figure.

Que dire d’Envol Immobilier ? Malgré tous les marchés de gré à gré à milliards obtenus à Diamniadio (sphères ministérielles et Cité des Nations unies- un contrat de location-vente de 163,5 milliards de nos francs à raison de 10,6 milliards annuels sur 180 mois-), Envol Immo a décaissé 10 millions de Fcfa pour le ministère de la Santé. Son Pca, Madina Tall, ajoutera à cette somme…5 millions de Fcfa. Envol Immo aura ainsi donné moins que Sagam (100 millions de Fcfa) ou Senico (50 millions) deux réussites sénégalaises qui n’ont jamais bénéficié de marchés publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.