Copa America : le Brésil atomise le Pérou et accède aux quarts de finale

Après avoir été accroché par le Venezuela un peu plus tôt dans la semaine (0-0), le Brésil se devait de réagir face au Pérou pour le dernier rendez-vous de sa phase de poules dans sa Copa America. Les hommes de Tite avaient surtout pour mission de confirmer leur qualification… Objectif rempli pour les locaux, larges vainqueurs cinq buts à zéro.

Devant une Arena Corinthians pleine à craquer, l’entraîneur de la Seleção procédait à deux changements et faisait confiance à Everton et Gabriel Jesus, préférés à Richarlison et David Neres. Son homologue péruvien, intégrait Miguel Araujo à la place de Carlos Zambrano. Le défenseur central du CA Talleres venait s’insérer dans un onze traditionnel, emmené par les deux indéboulonnables Paolo Guerrero et Jefferson Farfan. La première action chaude du match était d’ailleurs à mettre au crédit du numéro 9. Après avoir obtenu un coup-franc en poussant Dani Alves et Marquinhos à la faute, le joueur de 35 ans le frappait lui-même et causait quelques frayeurs aux Brésiliens. Heureusement pour eux, Luis Abram ne parvenait pas à tacler le ballon au second poteau (4e). Après une entame compliquée, les Auriverdes réagissaient de la meilleure des façons. Philippe Coutinho déposait un corner dans la surface péruvienne. Tout d’abord dévié par Thiago Silva, le cuir finissait sur Marquinhos qui ne parvenait pas à pousser le ballon au fond des filets, contrairement à Casemiro, qui ne se faisait pas prier pour inscrire son premier but en sélection (0-1, 14e).

Une ouverture du score qui inversait la dynamique d’un match, dominé par les visiteurs jusque-là. Quelques secondes plus tard, le Brésil doublait d’ailleurs la mise. Pourtant dans une position très confortable, le portier des Incas, Pedro Gallese, voyait son dégagement être contré par Roberto Firmino. Le ballon venait alors se heurter sur son poteau gauche avant de revenir dans les pieds de l’attaquant de Liverpool, qui venait le mystifier d’une superbe feinte de frappe avant de pousser le cuir dans la cage à l’aveugle (0-2, 19e). La déroute semblait alors proche pour le Pérou, bien qu’Everton se faisait surprendre par un excellent retour de Luis Advíncula (23e). Mais l’ailier de Grêmio se rattrapait quelques minutes plus tard. Le numéro 19 s’emparait du ballon dans son couloir gauche avant de repiquer dans l’axe et de déclencher une frappe au ras du sol qui venait surprendre le gardien de but de la Rojiblanca (0-3, 32e). Après une petite demi-heure de jeu, la messe était déjà dite, au plus grand dam des supporters ayant effectué le long déplacement entre le Pérou et São Paulo. Au terme d’une fin de première mi-temps tranquillement géré par les hommes de Tite, l’arbitre de la rencontre sifflait la pause.

Un Pérou sans réaction
Au retour des vestiaires, le Brésil repartait sur la même lancée. Les coéquipiers de Filipe Luis pensaient même obtenir un penalty, mais Fernando Rapallini ne bronchait pas après avoir vu Everton s’écrouler à quelques mètres du but (47e). Finalement, le quatrième ne tardait pas à venir. Trouvé au terme d’un double une-deux par Roberto Firmino, le capitaine de la Seleção, Dani Alves, catapultait sa frappe sous la barre du Pérou qui sombrait (0-4, 54e). Les hommes de Ricardo Gareca tentaient de relever la tête, mais se heurtaient à une défense brésilienne imprenable. Everton frôlait le doublé, mais sa frappe était contrée par un défenseur adverse (63e). C’était ensuite au tour de Gabriel Jesus de mettre à contribution Pedro Gallese, mais le portier se couchait bien sur sa frappe (75e). La seule frayeur brésilienne de la soirée intervenait sur une intervention non maîtrisée. Luis Advíncula venait violemment tacler Everton, mais heureusement pour l’attaquant de 23 ans, sa cheville tenait bon.

Toujours volontaires, les Brésiliens offraient un bouquet final à leurs supporters en fin de rencontre. Willian, convoqué de dernière seconde pour remplacer Neymar, enroulait sa frappe du pied droit dans le petit filet et officialisait une manita obtenue logiquement (0-5, 90e). Celle-ci n’était pas ternie par le penalty raté par Gabriel Jesus un peu plus tard (90+4e). Avec ce succès cinq buts à zéro, le Brésil achève la phase de groupes à la première place du Groupe A, devant le Venezuela, vainqueur de la Bolivie 3-1. Le pays hôte affrontera le meilleur troisième des groupes B ou C.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.