Corruption : le nouveau rapport de Transparency International qui épingle le Gouvernement, la police, les chefs religieux (Document)

Transparency International a publié ce jeudi 11 juillet 2019 un rapport détaillé sur la corruption en Afrique, le Global Corruption Barometer (Baromètre mondial de la corruption).

L’organisation, représentée au Sénégal par le Forum Civil et son Coordonnateur Birahime Seck, en partenariat avec Afrobarometer, a saisi le prétexte de la Journée africaine de lutte contre la corruption pour rendre public cette étude réalisée à travers 35 pays africains dont le Sénégal. 47 000 citoyens ont été interrogés sur leur perception de la corruption et sur leur expérience liée à la pratique des pots-de-vin.

Le Sénégal se distingue dans ce rapport par une très mauvaise perception de ses populations de la politique mise en place par les autorités pour lutter contre le phénomène. la Police, le Gouvernement, les députés, les guides religieux, les chefs d’entreprise sont pointés du doigt.

La page 51 du Global Corruption Barometer concerne la corruption au Sénégal et la perception que les citoyens ont du fléau. Globalement, l’enquête révèle qu’en Afrique une personne sur quatre (soit 130 millions d’individus) a versé des pots-de-vin en 2018 pour avoir accès à ses services publics et que la corruption touche les pauvres et les jeunes de façon disproportionnée.
Le rapport informe que la police est considérée comme l’institution la plus corrompue, 47% des personnes interrogées estimant que la plupart ou la totalité des policiers sont corrompus. Beaucoup de citoyens pensent également que les fonctionnaires et les parlementaires sont fortement corrompus, avec respectivement 39% et 36%.

Au Sénégal…

43% des personnes interrogées pensent que la corruption a augmenté dans les 12 mois précédents

15% des usagers de la fonction publique ont payés des pots-de-vin au cours des 12 derniers mois

53% pensent que leur gouvernement fait un mauvais travail de lutte contre la corruption

52% Pensent que les citoyens ordinaires peuvent faire la différence dans la lutte contre la corruption.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 35516330-32112552.jpg.

En 2019, la police et les chefs d’entreprise occupent toujours la tête du classement des institutions perçues par les populations comme les plus corrompues du pays. 29% des personnes interrogées pensent que la Police est plus corrompue. 28% pensent que les chefs d’entreprises et hommes d’affaires le sont encore plus.

Le Président de la République et le Premier ministre (poste qui a été supprimé du gouvernement en 2019) ne sont pas en reste. 23% des personnes interrogées par les enquêteurs pensent qu’ils sont les plus corrompus.

Le secteur de la justice et l’Assemblée nationale sont également épinglés par les citoyens questionnés par Transparency International. Sur cent (100) personnes interrogées, 24 pensent que les juges et les magistrats sont les plus corrompus du pays. 24% pensent également la même chose en ce qui concerne les députés et autres membres du Parlement.

Les ministres et autres officiels du Gouvernement occupent néanmoins la 3e place de ce lugubre classement. 26% des citoyens interrogés pensent qu’ils sont les plus corrompus du système.

Il y a également la présence des guides religieux dans ce rapport. 8% de la population questionnée pense que les marabouts sont plus corrompus.

#SénégalCorruption: le nouveau rapport de Transparency International qui épingle le Gouvernement, la police, les religieux...(Documents)

En 2019, 53% des populations interrogées par Transparency International pensent que le Gouvernement applique une mauvaise politique de lutte contre la corruption.

#SénégalCorruption: le nouveau rapport de Transparency International qui épingle le Gouvernement, la police, les religieux...(Documents)

pressafrique

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok