Coupe du monde : Les États-Unis conservent leur titre mondial

Pour la troisième fois d’affilée (et la dixième de leur histoire), les États-Unis ont été sacrés champions du monde, dimanche à San Cristobal de la Laguna, en Espagne. Ils se sont nettement imposés en finale face à l’Australie (73-56). Pour leur retour en finale, après avoir manqué les deux précédentes éditions, les Australiennes n’ont pas su faire déjouer la sélection US, qui a bouclé le Mondial par un sans-faute : six matches, six victoires, et à chaque fois avec un écart conséquent. Liz Cambage, l’arme fatale de l’Australie, n’a pas existé dimanche, se retrouvant limitée à sept points.

Les joueuses américaines ont démarré très fort la rencontre, menant 10-0 après quatre minutes de jeu. Mais l’équipe australienne ne s’est pas désunie et a réussi à se relancer à la fin du premier quart-temps (20-15). A la pause, elle n’était pas non plus distancée (35-27). Mais c’est au retour des vestiaires que les États-Unis ont construit leur victoire. Dans le troisième quart, ils ont infligé un terrible 26-11 à leur adversaire pour mener… 61-38 ! K.O. debout, les Australiennes ne sont jamais revenues au score ni même parvenues à inquiéter les Américaines.

L’équipe des États-Unis a bâti son succès autour de Brittney Griner (15 points), Diana Taurasi (13 pts) et Breanna Stewart (10). Toutes trois faisaient partie de l’équipe titrée il y a quatre ans. Elles avaient également décroché l’or aux Jeux Olympiques en 2016 à Rio de Janeiro. Alanna Smith a été la joueuse australienne la plus en vue avec 10 points. Un peu plus tôt dans la journée, l’Espagne avait pris la médaille de bronze aux dépens de la Belgique (67-60)…

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok