Crise au PDS – Farba Senghor et cie veulent organiser un putch et dégager Wade et Karim du parti

L’ancien ministre sous Abdoulaye Wade, Farba Senghor s’est invité dans la « crise » qui mine le Parti démocratique sénégalais (Pds) suite à la mis sur pied du nouveau Secrétariat exécutif national (Sen).

L’ancien ministre sous Abdoulaye Wade, Farba Senghor s’est invité dans la « crise » qui mine le Parti démocratique sénégalais (Pds) suite à la mis sur pied du nouveau Secrétariat exécutif national (Sen).
C’est à croire que Farba Senghor a percé le jardin secret des « frondeurs » du Parti démocratique sénégalais (Pds). De révélation en révélation, le leader de Mbollo Askan Wi a tenté de lever l’équivoque sur la brouille entre les responsables politiques de l’un des plus vieux partis du Sénégal. « Je connais Oumar Sarr. C’est un communiste, un Maoïste, ils connait les luttes au sein d’une formation politique et les luttes de pouvoir« , a-t-il fait savoir dans un audio WatsApp parvenu à Senego. Embouchant la trompette, il ajoute que Oumar Sarr, Me Amamdou Sall, Babacar Gaye et Cie, par méconnaissance du Pds, espéraient l’héritage du Parti au regard de la vieillesse de Me Abdoulaye Wade et de l’absence ce Karim Wade. Dans ses souvenirs dit-il, quelqu’un lui avait même dit qu’Oumar Sarr attend le récépissé du Parti.

Abdoulaye Wade
Karim Wade, la vraie pomme de discorde entre Me Abdoulaye Wade et les « frondeurs« . C’est en tout cas, ce que révèle Farba Senghor selon qui, le secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (Pds) veut coûte que coûte assouvir les besoins de son fils. « Abdoulaye Wade a court-circuité leur (Ndlr: Oumar Sarr et Cie) vœux. C’est pourquoi explique, M. Senghor, il y a eu une rébellion« .

Bataille
Après leur frustration les frondeurs ont concocté un plan pour contrer Karim Wade et Cie « dans leur volonté de s’accaparer » du Parti démocratique sénégalais (Pds). Il est à noter qu’une rencontre sera organisé dans ces sens dès demain, vendredi, pour définir les stratégie à mettre en place. Selon Farba, la bataille s’annonce rude dans les prochains jours mais le Pape du Sopi n’est pas prêt à changer de fusille d’épaule.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.