De mystérieux “coupeurs de tresses” sèment la panique au Cachemire indien

Une mystérieuse série d’attaques supposées contre une centaine de femmes qui racontent qu’on leur a coupé les cheveux sème la panique et la violence au Cachemire indien.

La véracité des agressions n’est pas confirmée par les autorités et certains parlent d’inventions et de psychose. Mais vraies ou pas, les conséquences n’en sont que trop réelles. Un homme de 70 ans a été tué par un groupe d’autodéfense depuis le début de l’affaire il y a un mois. Les médias évoquent quasi quotidiennement des bandes qui s’en prennent aux “coupeurs de tresses” supposés. A la nuit tombée, des hommes armés de barres de fer et de couteaux patrouillent dans la capitale Srinagar et d’autres villes à la recherche de suspects.

Mercredi, cinq personnes ont été blessées quand les soldats ont tiré sur une foule qui jetait des pierres en accusant les troupes de protéger un “coupeur de tresses”. La police a annoncé vendredi avoir secouru un homme souffrant de “problèmes mentaux” qu’une foule tentait d’immoler par le feu et d’écraser avec un tracteur.

Les autorités ne confirment ni ne démentent les récits des habitantes de cette région himalayenne qui porte les stigmates de décennies de soulèvement contre le règne indien.Initialement, la police avait accusé les victimes de se couper elles-mêmes les cheveux. Aujourd’hui, elle offre 600.000 roupies (7.800 euros) de récompense pour toute information conduisant à l’arrestation de suspects mais demande aussi aux victimes de se soumettre au détecteur de mensonges. Dans cette région en majorité musulmane, la plupart des femmes ont les cheveux longs et portent le voile en public.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...