Démission surprise de Nikki Haley

Le président des Etats-Unis Donald Trump a confirmé la démission de l’ambassadrice américaine à l’ONU depuis janvier 2017, Nikki Haley, qu’il recevait à la Maison Blanche.

« Elle a fait un travail fantastique », a déclaré M. Trump, précisant qu’elle partirait « à la fin de l’année ». « Elle m’a dit il y a environ six mois (…) qu’elle souhaitait prendre une pause », a-t-il ajouté.

Mme Haley de son côté a assuré qu’elle ne serait pas candidate à l’élection présidentielle de 2020, alors que les ambitions qui lui sont prêtées font l’objet de nombreuses rumeurs.

L’ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, Nikki Haley, qui a un rang de ministre au sein du gouvernement américain, a présenté sa démission à Donald Trump, ont rapporté mardi des médias américains.

Lire aussi

Soudan du Sud: les Etats-Unis dénoncent les « atrocités » du pouvoir

Washington menace de « détruire la Corée du Nord »

Nikki Haley en tournée en Afrique

L’ambassadrice américaine à l’ONU
Née Nimarata Nikki Randhawa, en Caroline du sud de parents indiens et sikhs le 20 janvier 1972.

Elue députée de Caroline de Sud en 2004, elle a été la première femme gouverneur de de cet Etat en 2010.

Figurant parmi les membres très populaires de l’administration républicaine, elle s’est distinguée en portant une ligne dure notamment contre la Corée du Nord et l’Iran, les deux principaux dossiers de politique étrangère de ce gouvernement.

Nikki Haley dit qu’elle ne sera pas candidate à la présidentielle de 2020.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok