Détournement de mineure et viol suivi de grossesse : A. D réfute le viol mais reconnait la paternité de l’enfant

Poursuivi pour détournement de mineure et viol suivi de grossesse, Amadou Diallo s’est défendu en niant le délit de viol. Cependant, il reconnait la paternité de l’enfant issu de la grossesse et s’engage à prendre en charge les frais médicaux. Le prévenu a écopé de 6 mois, assortis du sursis.
Le tribunal des flagrants délits de Dakar a jugé hier, une affaire de viol suivi de grossesse. Il s’agit d’un jeune conducteur d’engin, âgé de 22 ans. Amadou Diallo avait refusé les délits à lui reprochés depuis l’enquête préliminaire. En soutenant qu’il n’a jamais entretenu de relations sexuelles avec A.D.T, qu’il a présenté comme sa copine. Mieux, il a même laissé entendre qu’il est sur le point de l’épouser. Mais la mère de la victime n’avait pas accepté, sous prétexte que sa fille devait poursuivre ses études.

Malgré la contrainte de ses parents, la jeune fille ne voulait pas arrêter leur relation. « Après avoir discuté avec ses parents, je lui ai rendu compte de la situation. Mais elle m’a fait savoir qu’elle ne va pas me laisser. Elle est prête à tout faire pour me conserver. Lorsqu’elle a appris mon mariage avec une autre fille, elle m’a appelé pour me dire qu’elle est enceinte de moi. Ce qui est faux ! Car je n’ai jamais couché avec elle », rétorque le bonhomme.

La plaignante A.D. T, dans ses déclarations, a révélé qu’elle est en couple avec Amadou Diallo depuis 2015. « Amadou Diallo m’avait déclaré sa flamme que j’avais acceptée. Cependant, je lui avais demandé de patienter, le temps d’en discuter avec ma mère qui n’était pas d’accord. Aussi bien qu’avec mon père qui s’y opposait également. Ainsi, nous faisions fi des propos de mon père et nous nous voyions en cachette. Pour ce faire, tous les soirs, il venait me rendre visite à la maison sous l’autorisation de ma mère », avance-t-elle.

Selon elle, le prévenu a tenté, à plusieurs reprises de coucher avec elle, mais elle a toujours refusé. Car elle voulait préserver sa virginité. Mais le malheur a été produit lorsque son copain l’a invitée dans une auberge aux Maristes. « En septembre 2018, il m’avait emmenée dans une auberge aux Maristes. Et nous avions entretenu une relation sexuelle non protégé », révèle-t-elle. A.D.T d’ajouter que son copain a voulu la faire avorter. Car son défunt père ne voulait pas d’un enfant hors mariage.

« Son père avait souhaité, avant sa mort, qu’aucun de ses enfant n’ait un enfant hors mariage. Mais je lui ai dit que je n’allais interrompre ma grossesse pour rien au monde. C’est sur ces entrefaites qu’il m’a menacée de ne jamais accepter la paternité. Parce qu’il ne voulait pas être la risée de sa famille », souligne-t-elle.

Malgré ses dénégations, Amadou Diallo a finalement reconnu la grossesse et s’est engagé à prendre en charge les frais médicaux. Le Procureur, dans sa réquisition, a relaxé le prévenu du délit de viol. Puis il a retenu le délit de détournement de mineure. Le maitre des poursuites a requis 6 mois ferme. Au finish, le tribunal a condamné Amadou Diallo à 6 mois, assortis du sursis.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok