Deuxième mandat de Macky Sall : Les préoccupations de la Cos M23

La Commission Orientations et Stratégies COS/M23, fidèle à sa mission de sentinelles de la démocratie et des principes républicains, vient par ce présent communiqué, partager avec l’opinion nationale et internationale quelques préoccupations essentielles, qui ont toujours fondé sa vision et son action.Ces préoccupations portent particulièrement sur la gouvernance du Président Macky SALL, les politiques publiques…

deuxieme-mandat-de-macky-sall-les-preoccupations-de-la-cos-m23
La Commission Orientations et Stratégies COS/M23, fidèle à sa mission de sentinelles de la démocratie et des principes républicains, vient par ce présent communiqué, partager avec l’opinion nationale et internationale quelques préoccupations essentielles, qui ont toujours fondé sa vision et son action.

Ces préoccupations portent particulièrement sur la gouvernance du Président Macky SALL, les politiques publiques et le fonctionnement des institutions étatiques, à la fin de ce premier mandat et au début de ce deuxième et dernier, qui sera matérialisé par la prestation de serment prévu ce 02 avril 2019.

Par ce communiqué, la COS/M23 rend encore une fois hommages aux Sénégalais, qui dans leurs différentes composantes, sont allés aux urnes pour exprimer leur choix sur le candidat qu’ils jugent le meilleur, surtout dans la discipline et la responsabilité, au profit de la démocratie et la stabilité de notre cher pays.

A l’exclusion de quelques manquements remarqués avant, durant et après ce scrutin du 24 février 2019, la COS/M23 exprime sa satisfaction quant au déroulement de l’Election présidentielle dans la paix et la sérénité. En saluant au passage, la posture hautement responsable de l’opposition sénégalaise, malgré plusieurs griefs sur l’organisation et les résultats de l’Election présidentielle.

Tout comme l’opposition et certaines organisations de la Société civile, la COS/M23 revient sur le processus électoral profondément entaché et biaisé par un manque de transparence notoire et des actes de fraudes soupçonnés.

Entre autres faits récriminatoires, la COS/M23 revient sur la démarche unilatérale, dictatoriale et non concertée du pouvoir en place, sur la loi sur le parrainage et son organisation qui a souffert de beaucoup de contestations. L’implication directe du ministre de l’Intérieur militant, partisan et artisan autoproclamé d’un deuxième mandat, Monsieur Aly Ngouye NDIAYE dans l’organisation de l’Election présidentielle. La démarche floue du Conseil constitutionnel dans la gestion du parrainage et le maintien mordicus à son poste du très controversé M. Ibrahima DIALLO, Directeur de l’automatisation du fichier (DAF) du ministère de l’Intérieur. Un agent de l’Administration très contesté par l’opposition et certains acteurs avisés, compte tenu de la sensibilité des informations détenues et manipulées par ce dernier et ses services.

Militante dès ses premières heures du respect des principes démocratiques et du fonctionnement des Institutions pour le respect scrupuleux et strict des droits des citoyens, la COS/M23 considère sans réserve l’emprisonnement et la condamnation de certains acteurs politiques, comme impacts négatifs sur l’Election présidentielle du 24 février 2019. Pour ainsi dire, la COS/M23 estime qu’aux moyens de pouvoirs publics, des candidats ont étés injustement exclus de ce scrutin, affectant réellement l’issue de la Présidentielle.

Ainsi, à la suite de tous ces faits marquants et déterminants dans le cadre de la gouvernance politique et institutionnelles et la transparence dans la gestion publique, la COS/M23 dans son rôle d’observateur et d’acteur citoyen, constate la réélection de Monsieur Macky SALL pour un deuxième et dernier mandat présidentiel, et émet de profondes réserves quant à la fiabilité du processus électoral sénégalais ayant conduit à ces résultats.

C’est d’ailleurs fort de cela, que la COS/M23 interpelle le Président de la République Monsieur Macky SALL, à l’entame de ce second mandat pour des réformes consolidantes de notre système démocratique et institutionnel.

La COS/M23 exige du pouvoir en place à l’occasion, la révision du dispositif constitutionnel du Sénégal conformément aux aspirations du Peuple, en termes de bonne gouvernance et de transparence dans l’administration publique.

De fait, la COS/M23 recommande à l’Etat du Sénégal, de nouveaux paradigmes et modèles restrictifs des pouvoirs irrévocables et exorbitants du Président de la République sur toutes les institutions de ce pays

Des réformes qui prennent en compte toutes les problématiques de gouvernance publique, faisant état de népotisme, de patrimonialisation du bien public, de manipulation et de caporalisation des institutions, de conflits d’intérêts, d’impunité et de domination unilatérale du pouvoir exécutif sur la vie de la Nation.

La COS/M23 de rappeler ici au Président de la République Monsieur Macky SALL, l’importance d’institutions fortes dans une démocratie, dans ses dimensions politiques, économiques et sociales et leur rôle dans la capitalisation des gains pour une politique de développement globale. Ceci, au-delà des réalisations constatées lors de ce premier mandat, axées sur une politique de développement infrastructurel et de politique sociale. Mais aussi, lui rafraichir la mémoire sur des engagements pris en termes d’orientations et de stratégies de gouvernance jusque-là jamais appliquées.

En conséquence, la COS/M23 espère évidemment que le Président de la République aura ces réformes en ligne de mire lors de ce quinquennat, pour reléguer définitivement ces questions au passé et ainsi susciter de vrais chantiers démocratiques pour le Sénégal.

C’est en réalité dans ce sillage que la COS/M23 sera ouverte à l’appel au dialogue de Monsieur Macky SALL. Un dialogue sincère, participatif et ouvert à toutes les questions de gouvernance.

Un dialogue rétrospectif qui mettra sur la table tous les dossiers à contentieux. Un dialogue qui traitera des corps de contrôle de l’Etat, du sort des rapports produits et de leurs relations avec la présidence, de l’implication de la famille aux affaires publiques, du fonctionnement de la Justice sénégalaise, de la gouvernance des ressources naturelles, du système économique, du système démocratique, des mandats présidentiels et des pouvoirs exorbitants du Président de la République entre autres questions primordiales et incontournables en notre sens.

Bien sûr pour la COSM/23 des sujets dont la prise en charge serait favorable à engager notre organisation, pour la réparation et la reconstruction d’un système politique qui a fini de montrer ses limites.

Par ailleurs, la COS/M23 demande aux populations sénégalaises de s’engager davantage dans les questions de gouvernance publique, pour le respect de la législation et de la réglementation. De s’impliquer par une citoyenneté active, prospective et dynamique. De soutenir et d’appuyer de manière participative l’action de développement des pouvoirs publics par des postures citoyennes, civiques et patriotiques. Mais, de combattre jusqu’à la dernière énergie toute action s’inscrivant dans la mal gouvernance, l’injustice, l’impunité, l’abus et la dictature, de quelque bord que ce soit.

Enfin, la COS/M23 donne rendez-vous à l’opinion nationale et internationale, le 23 juin 2019 inchala, pour une Assemblée générale de renouvellement de ses instances. Ce sera pour nous, l’occasion de renforcer nos acquis en termes d’engagement citoyen et patriotique, par la démocratie directe. Mais aussi, de décliner nos perspectives en termes de démocratie indirecte, par une vision institutionnelle pour mieux pérenniser et encrer notre action dans le temps.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok