Actualité au Sénégal - Actualité Sénégalaise

Donald Trump partage un tweet violent envers Hillary Clinton : Joe Biden dit stop

L’ancien vice-président Joe Biden, très discret depuis la fin du mandat de Barack Obama, a critiqué le partage par Donald Trump d’un montage le montrant frappant Hillary Clinton.

 Joe Biden tape du poing sur la table. L’ancien vice-président américain a dénoncé dans un tweet le partage, par Donald Trump, du GIF d’un montage le montrant en train de frapper Hillary Clinton avec un swing : «Je viens juste de voir le tweet du président Trump sur son swing. Cela doit cesser. Nos enfants regardent.»
Ce tweet, partagé quelques instants après que le président américain a appelé le dictateur nord-coréen Kim Jong-un «Rocket Man», a provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux, mais aussi parmi les politiques. La sénatrice démocrate de Californie Dianne Feinstein a déclaré dans un communiqué : «Tout le monde devrait être choqué par les messages vindicatifs et franchement dangereux que le président envoie, qui dénigrent non seulement la secrétaire d’Etat Clinton mais toutes les femmes. Grandissez et faites votre travail.»

Même l’auteur Stephen King, que Donald Trump a bloqué sur Twitter à force de critiques, a écrit : «Trump pense que frapper une femme avec une balle de golf et la faire chuter est drôle. Personnellement, je pense que ça indique un esprit déglingué.»
Une candidature en 2020?

Cette prise de parole intervient au moment du retour de l’ancien vice-président sur la scène politique américaine. Joe Biden a lancé une initiative à destination des travailleurs américains, «un nouvel effort du Biden Institute à l’Université du Delaware pour identifier des stratégies de développement économique qui placent le travail en priorité».

A voir :Joe Biden célèbre l’Obamacare au Capitole

De quoi relancer les rumeurs lui prêtant des ambitions présidentielles pour 2020. En 2015, il n’avait pas voulu se présenter à l’élection de l’année suivante, estimant ne pas disposer «du temps nécessaire pour monter une candidature et remporter l’investiture» face à Hillary Clinton, déjà candidate déclarée à l’investiture démocrate. Quelques mois plus tôt, le septuagénaire avait perdu son fils aîné Beau, décédé d’un cancer du cerveau à l’âge de 46 ans. Un deuil qui l’avait profondément affecté : «Personne ne devrait briguer la présidence à moins de ne pouvoir dévouer tout son coeur, son âme et toute sa passion à ne faire que ça. Beau était mon âme. Je n’étais pas prêt à faire ça. Mon seul regret est que Beau ne soit plus là. Je n’ai pas d’autre regret», avait-il assuré au printemps 2016, sur ABC.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
Close