Elections locales : La caution divise les acteurs…

La rencontre conviée, hier à Dakar, par le ministre de l’Intérieur pour discuter du montant de la caution pour les élections locales prévues le 1er décembre 2019, n’a pas abouti à un consensus. Les non-alignés estiment que la caution devrait être plafonnée à cinq millions de FCfa, alors que le Parti démocratique sénégalais (Pds) exige sa fixation au plus tard demain à minuit.

Les acteurs politiques ne sont pas tombés d’accord sur le montant de la caution pour les prochaines élections locales, lors de leur rencontre, hier, avec le ministère de l’Intérieur.

Pour le pôle des non-alignés, la caution ne doit pas dépasser cinq millions de FCfa par commune. Selon son coordonnateur, Déthié Faye, « il est évident que même si son montant va de 25 à 30 millions de FCfa, mes amis de droite (du pouvoir) n’auront aucune difficulté pour payer ». Ainsi, il a invité le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, à « considérer certains points lorsqu’il prendra l’arrêté ». M. Faye a appelé les participants à faire des propositions afin de trouver un consensus au dialogue national.

Selon le secrétaire national adjoint chargé des élections du Parti démocratique sénégalais (Pds), Maguette Sy, l’arrêté doit être pris au plus tard demain à minuit pour respecter le Code électoral. Celui-ci stipule que l’arrêté doit être publié 150 jours avant la date des élections locales, prévues en principe le 1er décembre 2019. « Le ministre a demandé aux participants du dialogue national que la question de la caution soit reportée à cette rencontre. Nous au Pds, nous disons que le dialogue ne nous engage pas. Nous n’y prenons pas part. Tout ce qui se décide là-bas ne nous engage pas », a souligné M. Sy.

« Nous sommes à cinq mois de la date suggérée et les directives de la Cedeao disent qu’on ne peut pas réformer à moins de six mois du scrutin », a rappelé la présidente du parti Car Leneen ».

Professeur Amsatou Sow Sidibé s’interroge, par ailleurs, sur la destination finale de la caution cumulée dans l’ensemble des collectivités territoriales du pays. Elle comprend mal le fait de demander à un parti politique, une coalition ou encore une quelconque autre entité une caution pour participer au scrutin. D’après, elle, « si l’on tient compte du parrainage, il n’est pas du tout normal de demander une caution à un parti qui n’est pas encore sûr de sa participation à ces échéances électorales ».

…le ministre de l’Intérieur renvoie le Pr Amsatou Sow Sidibé à la Cdc

Le ministre de l’Intérieur a répondu à la préoccupation du Pr Amsatou Sow Sidibé qui l’avait interpellé sur la destination finale de la caution de 555 millions de FCfa cumulée sur l’ensemble des 557 collectivités territoriales du pays. Aly Ngouille Ndiaye l’a adressée à la Caisse des dépôts et de consignations (Cdc).

Selon Aly Ngouille Ndiaye, «pour la gestion de cet argent, il faudra s’adresser à la Caisse de dépôts et de consignations (Cdc)». Mais, il a tout de même précisé que «l’argent déposé à la Cdc retournera en partie à ceux qui auront obtenu 5% des suffrages, comme le dit la loi, et le reste sera versé au Trésor public».  Le ministre de l’Intérieur indiquera aussi que « ce n’est pas nous qui avons proposé 100.000 FCfa par commune. Chacun a fait ses propositions, il y en a même qui ont préconisé 1 million de FCfa par commune ». Par ailleurs, il a renvoyé à mercredi ceux qui voulaient qu’il dévoile le montant de la caution officiellement arrêté pour les prochaines élections locales. Le ministre acceptera seulement de dire que « le 3 juillet, au plus tard, mon arrêté sera numéroté. Je dois respecter l’esprit des 150 jours, mais il est encore possible de trouver un consensus ». (Le Soleil)

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.