EN AFRIQUE, 38 % DES JEUNES FEMMES SONT MARIÉES AVANT 18 ANS (UNICEF)

Dakar, 8 mars (APS) – Sur le continent africain, 38 % des jeunes femmes ont été mariées avant leurs 18 ans, a révélé une étude de l’UNICEF publiée en marge de la célébration de la Journée internationale des droits des femmes.


’’’Environ 21 % des jeunes femmes dans le monde ont été mariées avant leur 18e anniversaire. En Afrique subsaharienne, 38 % des jeunes femmes l’ont été avant leurs 18 ans’’, souligne l’agence onusienne en charge de l’enfance dans l’étude dont les données remontent à mars 2018.


Ainsi, suivant les pays, le Niger a le plus fort taux de mariage précoce avec un pourcentage de 76 %. Arrivent ensuite dans l’ordre la République Centrafricaine (68 %) et le Tchad (67 %), selon la même source.


Dans le monde, 12 millions jeunes filles âgées de moins de 18 ans sont mariées chaque année, tandis que 650 millions de filles et femmes actuellement en vie ont été mariées alors qu’elles étaient enfant, fait savoir l’UNICEF.


Au total, 25 millions de mariages d’enfants ont été évités ces dix dernières années grâce aux progrès accomplis dans le monde, indique l’étude qui classe le continent asiatique en exemple où la probabilité de mariages précoces est passée de 49 % à 30 %.


Néanmoins, 150 millions d’autres filles seront mariées avant d’avoir fêté leurs 18 ans d’ici à 2030 si aucune action n’est menée, prévient l’UNICEF.


L’organisation onusienne rappelle que le mariage des enfants constitue une violation des droits de l’homme, estimant que cette pratique reste très répandue bien que des lois l’interdisent.


’’Le mariage d’enfants peut donner lieu à une vie entière de souffrances. Les filles qui se marient avant leur 18e anniversaire ont moins de chances de poursuivre leur scolarité et sont davantage exposées aux violences familiales’’, soutient l’UNICEF.


’’Les jeunes adolescentes sont plus susceptibles de mourir des suites de complications lors de la grossesse et à l’accouchement que les femmes de 20 à 29 ans, et le risque pour les enfants d’être mort-nés ou de mourir dans leur premier mois de vie est plus élevé’’, affirment les auteurs de l’étude.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok