Espagne : Fernando Hierro dévoile ses plans pour la Roja

Le nouveau sélectionneur de l’Espagne Fernando Hierro s’est exprimé en conférence de presse après sa nomination plus tôt dans la journée.

  • En à peine 24 heures, un véritable tremblement de terre a eu lieu au sein de la sélection espagnole. Mardi après-midi, le Real Madrid annonçait, à la surprise générale, la nomination de Julen Lopetegui comme remplaçant de Zinedine Zidane. Ce matin, Luis Rubiales, le président de la Fédération Espagnole, officialisait la destitution du sélectionneur. Et ce, à deux jours seulement du début de la Roja au Mondial, avec ce choc face à la sélection portugaise.

    Un peu plus tard dans la journée, Fernando Hierro était intronisé comme nouveau sélectionneur de la Roja. L’ancien défenseur du Real Madrid s’est ensuite exprimé lors de sa conférence de presse de présentation. « J’avais deux ou trois alternatives : une, dire que non, l’autre, partir, et j’ai accepté la troisième, être présent, en sachant qu’il y a un groupe de joueurs, il fallait franchir le pas, ça a été clair depuis le début, je ne pouvais pas dire non, je ne me serais jamais pardonné. Si je n’étais pas convaincu qu’on peut faire un bon Mondial, je ne serais pas ici », a-t-il lancé

    Hierro va poursuivre le travail de Lopetegui

    « C’est un joli défi, passionnant, les circonstances sont celles qu’elles sont, j’accepte cette responsabilité avec courage, on a un groupe de joueurs qui travaille depuis deux ans pour le Mondial. J’ai été directeur sportif ces derniers mois, et je sais que l’ambition de tout le monde est énorme, je ne pouvais pas fuir. J’envoie tout mon soutien et admiration à Julen pour le travail qu’il a fait ces deux dernières années ». L’Andalou ne se fait pas particulièrement de soucis pour ce match face au Portugal et a confiance en son groupe : « il faut remercier qu’une grande partie du staff soit encore avec nous, on a géré les séances vidéo pour le prochain match, on va suivre ce qu’ils ont fait, il faut être intelligent, être cohérent, on sait qu’on ne va pas pouvoir trop changer d’ici le Portugal. J’ai été présent à tous les entraînements, à partir de là, on ne va rien changer, le groupe et le staff sont fantastiques, ils ont fait une qualification fantastique, on espère qu’ils vont être eux mêmes, on a un beau défi d’ici le 15 juin ».

    « Je leur (les joueurs, NDLR) ai dit que je peux regarder dans les yeux tout le monde, j’ai agi comme je devais. Ce qui s’est passé n’est cependant pas une justification pour ne pas lutter pour l’objectif, le titre, on a une grande opportunité, et on doit être concentré dessus, je l’ai transmis aux joueurs, tout ce qui est arrivé ne doit pas être une excuse, nous acceptons nos responsabilités et on doit lutter pour le Mondial. La clé, c’est de continuer sur cette lancée, toucher le moins de choses possibles, le staff préparait ce match depuis deux ou trois mois. Le retour que j’ai reçu des joueurs est fantastique. (..) Je veux envoyer un message de tranquillité aux supporters », a conclu le nouveau sélectionneur de la Roja, qui a cependant refusé de s’exprimer sur son avenir sur le moyen et long terme. La question du sélectionneur de l’Espagne va donc à nouveau se poser après le Mondial !

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok