Espagne : la Roja a-t-elle enfin trouvé le remplaçant de Gerard Piqué avec Pau Torres ?

Villarreal est le club le plus représenté dans la liste de Robert Moreno pour les rencontres de la Roja pendant cette trêve internationale. Parmi les quatre groguets appelés, on retrouve notamment Pau Torres, sur qui sont placés beaucoup d’espoirs.
Aimé ou détesté, force est de constater que Gerard Piqué était un élément essentiel de la Roja et sa retraite internationale a laissé un grand vide dans la charnière centrale de la sélection ibérique. Depuis la fin du Mondial 2018, Luis Enrique et Robert Moreno ont eu du mal à lui trouver un remplaçant de qualité pour accompagner Sergio Ramos dans l’axe de la défense de la Roja. C’est le principal chantier auquel doit faire face le sélectionneur en vue de l’Euro 2020. De nombreux joueurs sont pourtant passés par là. Iñigo Martínez semblait être le candidat idéal, mais les prestations du Basque restent assez mitigées, en club notamment. Mario Hermoso semblait aussi avoir de sacrées options, mais son manque de temps de jeu à l’Atlético lui a fermé les portes de la sélection. Aujourd’hui, c’est Diego Llorente, le défenseur de la Real Sociedad qui semble être l’accompagnant de choix du charismatique défenseur andalou sous la tunique rouge.

Mais une autre piste commence à prendre de l’ampleur de l’autre côté des Pyrénées : celle menant à Pau Torres, jeune défenseur central de Villarreal. Il est clairement l’une des révélations de ce début de saison en Liga, et ce alors qu’il découvre le plus haut niveau après un prêt concluant en deuxième division à Malaga la saison dernière. Deux mois seulement après son début dans l’élite du football espagnol, le défenseur de 22 ans vient d’être appelé pour la première fois en sélection. Formé au Sous-Marin Jaune depuis ses 5 ans et enfant de la ville, il s’est rapidement imposé dans la charnière jaune aux côtés de Raul Albiol. On parle là d’un défenseur particulièrement costaud et robuste, du haut de ses 1m91, gaucher, qui n’a même pas eu besoin de temps d’adaptation et fait déjà partie des meilleurs à son poste en Liga.

Une semaine de rêve
Si ce sont évidemment deux joueurs différents, la comparaison avec Gerard Piqué peut sembler inévitable, dans la mesure où Torres est particulièrement à l’aise balle au pied et à la relance, bon dans le jeu aérien et affiche une sérénité à toute épreuve même dans les moments compliqués. Contrairement au Catalan qui a peu à peu progressé dans les duels et les un contre un au fil des années, le Groguet mise plus sur son excellente lecture du jeu et sa science du positionnement pour récupérer des ballons et/ou neutraliser les offensives rivales. « Je suis un défenseur plus positionnel que rugueux et expéditif, je suis plus dans l’anticipation et la récupération de ballons perdus. J’aime être en contact avec le ballon », confiait-il à AS. Tout ce qui plaît en Espagne donc. Une complémentarité a priori idéale sur le papier, avec un joueur comme Ramos qui est lui plus dans le contact et qui est plus brut dans son jeu de défense.

« On l’a suivi depuis la première minute. Il a des conditions naturelles qui nous plaisent, une bonne relance, tactiquement c’est un défenseur impressionnant. Il a tout ce qu’on attend d’un défenseur central », lançait le sélectionneur Robert Moreno lorsqu’il était interrogé sur le défenseur. Son explosion remarquée au pays de Don Quichotte n’a cependant pas étonné grand monde du côté de Villarreal, puisqu’il était déjà annoncé comme l’un des joueurs les plus prometteurs de l’académie depuis des années. Et juste avant qu’il apprenne sa première convocation en sélection, il avait prolongé son contrat avec son club, portant notamment sa clause libératoire à un montant situé entre 50 et 75 millions d’euros. Face à la Suède et à la Norvège, il aura peut-être l’occasion de justifier tout cet engouement qui s’est créé autour de lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.