ETATS-UNIS : Donald Trump à la recherche du « résistant de l’intérieur »

L’affaire perturbe tellement l’hôte de la Maison Blanche que ses plus proches collaborateurs se sont sentis contraints de se disculper. Toute la journée de jeudi, au lendemain de la tribune (disponible ici en anglais), les communiqués se sont succédé, et ont été remis en main propre au président américain.

« Je n’ai pas écrit cette tribune », ont certifié tour à tour une vingtaine de hauts responsables américains, dont un bon nombre de ministres. C’est le vice-président qui a lancé l’initiative, conscient de la nécessité de rassurer Donald Trump. Et Mike Pence a appelé l’auteur de la tribune à démissionner.

« Le New York Times devait avoir honte et celui qui a écrit cette tribune anonyme devrait avoir honte aussi. Quiconque écrit une tribune anonyme diffamant ce président, qui dirige admirablement ce pays, devrait faire la seule chose honorable qui soit : démissionner », attaque le vice-président des Etats-Unis.

Fait rare, même la première dame est intervenue dans le débat. « Vous ne protégez pas ce pays, vous le sabotez par vos actes lâches », a écrit Melania Trump à l’adresse de l’auteur de la tribune. Mais qu’à cela ne tienne, au sein du Parti républicain, certains élus n’hésitent pas à se montrer sarcastiques.

Ainsi le sénateur Bob Corker du Tennessee ne se dit pas surpris par le contenu de la tribune. « Quiconque a affaire à la Maison Blanche sait que c’est la réalité dans laquelle nous vivons. Et le plus gros problème qu’ils doivent avoir, c’est de trouver qui n’aurait pas écrit une tribune comme celle-là », lance-t-il.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok