FC Barcelone : mais qui sont les coupables ?

Après un nouvel échec vécu face à Valence en finale de Copa del Rey, l’heure est au bilan. Qui sont les principaux responsables de la fin de saison ratée des Blaugranas ?
C’est sur un nouvel échec que le champion d’Espagne a conclu sa saison. Une défaite en finale de Copa del Rey samedi qui fait tâche, quelques semaines après l’élimination infligée par Liverpool à Anfield. Une équipe apathique, un Ernesto Valverde sans solution : la situation n’est pas loin d’être critique. Et le bilan d’une saison qui s’annonçait franchement excitante, avec cette possibilité de réaliser un triplé jusqu’il y a encore quelques semaines, est plutôt gris. Une faillite collective, forcément, mais dans laquelle on trouve aussi des responsabilités individuelles, à commencer par l’entraîneur, Ernesto Valverde. Bien qu’une partie des fans barcelonais n’ait jamais été vraiment convaincue par le jeu déployé par l’équipe sous ses ordres, il bénéficiait tout de même d’une belle cote auprès des socios. Les résultats sur la scène nationale parlaient pour lui, à tel point que beaucoup étaient prêts à lui pardonner l’échec de Rome la saison dernière.

Un soutien pas unanime mais tout de même conséquent, comme l’ont prouvé les divers sondages publiés par les médias ibériques au cours de la saison. En décembre dernier, Mundo Deportivo avait par exemple dévoilé les résultats d’un sondage montrant que 80% des socios souhaitaient que Valverde soit prolongé. Des résultats comme ce doublé national la saison dernière qui cachaient d’énormes lacunes sur le terrain, avec des rencontres rarement dominées de bout en bout, et de nombreux points gagnés – ou sauvés – par Lionel Messi et Marc-André ter Stegen. Des décisions pas toujours réussies en cours de match, notamment lorsqu’il a décidé d’adopter une posture plutôt défensive et une certaine incapacité de l’équipe à réagir quand elle est menée. Un certain manque de concurrence dans l’effectif, avec des cadres peu mis en danger. Ernesto Valverde a aussi, indirectement, également créé une certaine division entre les supporters, avec une partie majoritaire qui semblait satisfaite tant que les résultats étaient là – les resultadistas comme ils sont appelés en Espagne – et une partie minoritaire plus puriste, qui reprochait notamment à Valverde une animation offensive médiocre et un manque d’opportunités pour les joueurs de La Masia.

La vieille garde du Barça a déçu
La donne semble désormais avoir changé, et Valverde est maintenant indésirable pour la majorité des supporters barcelonais depuis l’épisode d’Anfield. Il serait cependant un peu injuste de mettre tous les maux de ce Barça sur le dos de l’entraîneur espagnol, qui a certes une grande part de responsabilité mais a souvent dû voir comment certains de ses cadres flanchaient dans les moments clé de la saison. C’est notamment le cas de Sergio Busquets. Le milieu de terrain catalan sort de son pire exercice depuis le début de sa carrière, et semble par exemple perdu sur les séquences défensives, ce qui donne un milieu de terrain plus perméable et donc une défense plus exposée. Balle au pied, il semble également avoir perdu de sa superbe. C’est aussi le cas de Jordi Alba, qui a montré de grosses lacunes défensives et a été à l’origine de nombreuses erreurs face à Liverpool. Il affiche toujours une belle complémentarité avec Lionel Messi dans les derniers mètres, mais son apport offensif est moins intéressant qu’avant.

Luis Suarez est lui aussi loin de son meilleur niveau. S’il a réussi à soigner ses statistiques et à terminer le championnat avec 21 réalisations, il a eu du mal dans le sprint final. En déliquescence sur le plan physique, il a aussi montré des difficultés dans des gestes techniques a priori simple pour un joueur d’un tel niveau. Combien de contrôles orientés manqués ou de passes mal assurées pour l’Uruguayen… On est également obligé de mentionner le cas Ivan Rakitic, dont les prestations insipides handicapent beaucoup le FC Barcelone, le Croate étant incapable de briser des lignes par des passes ou des courses vers l’avant. Philippe Coutinho est également une sacrée déception et n’apporte pratiquement rien lorsqu’il est aligné, pendant qu’Ousmane Dembélé n’a pas encore répondu aux attentes bien qu’il ait des circonstances atténuantes que sont ses pépins physiques réguliers.

Rares sont les joueurs qui se sauvent
Quelques joueurs ont tout de même réussi à tirer leur épingle du jeu. Lionel Messi forcément, qui a souvent porté l’équipe à lui seul, étant régulièrement le playmaker puis le finisseur lorsque les Bleu et Grenat avaient la balle. Ses statistiques exceptionnelles (36 buts et 13 passes décisives) en témoignent. De même pour Marc-André ter Stegen, ô combien de fois impérial avec des interventions décisives sur sa ligne. Gerard Piqué fait lui aussi partie des quelques rares joueurs à sortir grandis de cette saison, lui qui a été le patron de l’arrière-garde catalane, avec un Clément Lenglet qui s’est emparé de la place de titulaire aux côtés du Catalan. Arthur aura impressionné son monde en première partie de saison avant de flancher après l’hiver, alors que Vidal aura lui au contraire affiché un beau visage sur la dernière ligne droite.

La direction du club a également sa part de responsabilité dans cet échec du FC Barcelone. Premièrement parce que c’est elle qui a une confiance aveugle en Valverde, mais aussi parce que l’effectif barcelonais n’est peut-être pas aussi complet et fourni que ce qu’on avait pu penser. Est-ce normal que Luis Suarez n’ait pas eu de remplaçant de garantie ? N’y avait-il pas de meilleur choix que Boateng qui n’a finalement pratiquement pas foulé la pelouse ? De même pour Jordi Alba, qui n’a pas de remplaçant, et les profils des joueurs offensifs catalans sont globalement peu variés. La direction de Josep Maria Bartomeu n’a de toutes manières visiblement pas l’intention de se séparer de son entraîneur. Au grand dam de bon nombre de supporters barcelonais…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.