Gestion forestière : Mame Thierno Dieng préconise une démarche inclusive

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Mame Thierno Dieng, a préconisé, hier mardi, à Dakar, une implication des populations dans la gestion des ressources forestières et fauniques.
“Fort de cet engagement, il est impératif d’aller à la rencontre des populations et des communautés diverses afin d’asseoir de manière décisive les réflexes et les pratiques concourant au développement durable”, a-t-il dit.
D’après lui, “il ne peut y avoir de développement durable tant qu’on exclut les principaux concernés et bénéficiaires qui sont les populations africaines résidant dans les terroirs”.
Mame Thierno Dieng s’exprimait lors de l’ouverture des travaux de la 21ème session de la commission des forêts et de la faune sauvage pour l’Afrique, de la FAO. Cette rencontre coïncide avec la 5ème semaine africaine des forêts et de la faune sauvage axée sur le thème : “Libérez- les opportunités pour un développement durable en Afrique”.
“Vos expériences avérées et votre engagement pour une gouvernance inclusive et durable des ressources forestières et fauniques témoignent de la volonté d’assurer la sauvegarde de la forêt et de la faune africaine, outre le renforcement des besoins contemporains en résilience face au réchauffement climatique”, a-t-il lancé à l’endroit des participants.
Pour lui, il faut aller vers le bio centrisme selon lequel, toutes les ressources doivent être accessibles et disponibles pour tous ceux qui vivent sur terre.
Le Sénégal dispose d’un peu moins de 14 millions d’hectares de forêts lesquels représentent 1/6 de la superficie totale du pays, comprenant presque 9 millions d’hectares de forêts de terroirs, le reste relevant du domaine de la forêt classée, a-t-il rappelé.
“La richesse de la diversité biologique réside aussi dans la diversité de ses ressources animales”, a indiqué le ministre de l’Environnement.
Mame Thierno Dieng a par ailleurs évoqué le trafic illicite de bois, lequel est “assez dévastateur, par le fait de bandes organisées tout au long de notre frontière”. Le ministre de l’environnent a magnifie le travail effectué de ses collègues des pays limitrophes du Sénégal.
commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok