GRAND BANDITISME A THIAROYE: La police «pilonne» le gang du caïd «Dabakh» composé de sa petite-amie, Fatou voleuse de..

HARO SUR LE GRAND BANDITISME A THIAROYE: La police «pilonne» le gang du caïd «Dabakh», qui opérait avec des coupe-coupe, des couteaux et des pompes à gaz neutralisant

Rien qu’à l’évocation de leurs noms dans la banlieue dakaroise ou dans les véhicules de transport en commun, c’était le sauve-qui-peut chez les populations, de peur de subir des actes de représailles ou de vendetta. Mais, samedi dernier, les limiers de Thiaroye ont neutralisé le gang du sanguinaire caïd «Dabakh», composé de sa petite-amie, Fatou «Kara», voleuse de tissus de valeur dans les magasins, et ses deux compagnons, O. Ndoye et le surnommé «Modou Lô».

La meute d’agresseurs sévissant sur l’axe routier, situé entre rond-point Tally Boubess et la station d’essence de Pikine Texaco, a été neutralisée, samedi dernier, vers 07h du matin, par les éléments de la brigade de recherches (Br) du commissariat de police de l’arrondissement Thiaroye Gare.

La bande faisait l’objet de plusieurs plaintes pour vol en réunion commis la nuit et agression

Suite à de nombreuses plaintes contre les malfaiteurs, le commissaire de police Khadidiatou Sall alerte ses hommes et les lâche aux trousses des brigands. Ces derniers guettent chaque fois la tombée de la nuit, se déploient dans leur de prédilection et se livrent à des razzias sur de paisibles gens, jusqu’aux environs de 23h du matin, avant de regagner leur niche. Ils interceptent parfois des passants dans la rue, font irruption dans les bus de transport en commun et détroussent les passagers, sous la menace de leurs armes blanches et pompes à gaz neutralisant. Ils font aussi la navette entre rond-point Tally Boubess et Pikine Texaco, s’attaquent à tout le monde et menacent de représailles les habitants qui parviennent à les identifier ou les dénoncent à la police.

Le sadique gangster O. Ndoye braque un bus Tata et dépouille le receveur de sa recette de 200.000 F

Et craignant pour leur vie, les populations ferment les yeux et se gardent de claquer langue ou prennent aussitôt leurs distances lorsqu’ils tombent sur la bande de terreur en pleine manœuvre délictuelle. Ainsi, les malfrats réussissent à dicter leur loi aux populations et à leur imposer l’omerta. Ils ont ainsi dépouillé plusieurs individus, dont un receveur de bus Tata, qui a été délesté de ses recettes journalières de 200.000 F par le sadique délinquant O. Ndoye, qui l’a trouvé dans le bus et attaqué à l’arme blanche et à la bombe anti-agression, sous les yeux médusés des passagers du car, parmi lesquels une dame a reconnu la bande et soufflé le nom de l’un d’eux au receveur, avant de descendre du bus et disparaître dans la rue. Elle lui a aussi signalé que le gus était très connu pour ses agissements, mais que personne n’ose élever la voix devant lui ou le dénoncer, au risque de subir les foudres du gangster.

Fatou «Kara», copine du chef de gang, planquait les butins et les revendait

Après un gros coup, rapportent nos sources, le caïd «Dabakh» et sa bande suspendent leur razzia, confient leur butin à l’un d’eux et se retrouvent dans leur refuge, à la cité des Enseignants de Guédiawaye, où ils rejoignent la petite-amie du patron de leur gang, Fatou «Kara», qui veille sur les lieux, récupère les objets volés et les planque dans un endroit sûr. Elle les reprend ensuite, les revend sur le marché noir et reverse les sous aux membres de la bande, qui procèdent au partage. En plus de faire office de receleuse de malfrats, la jeune fille fréquente également les magasins de vente de tissus de valeur et y commet des larcins. Mais, lorsque le nommé O. Ndoye a été pris en premier, samedi, il a aussitôt balancé le reste du groupe et conduit les policiers à leur repaire, où les flics ont appréhendé la fille-voleuse, qui avoue et livre son amant-chef de gang, «Dabakh». Lequel a été cueilli chez lui et mis aux arrêts.

Le malfrat «Modou Lô», en fuite, ses amis récidivistes viennent de sortir de prison

Les mis en cause ont été déférés avant-hier au parquet pour association de malfaiteurs, vol avec violences commis la nuit et recel de malfrats. Le malfrat surnommé «Modou Lô», du nom du célèbre lutteur, est recherché. Ils sont tous des récidivistes et ont été élargis récemment de prison.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok