Hausse des denrées : les commerçants dictent leur loi.

Il est désormais connu qu’au Sénégal, à la veille de fêtes, les prix des denrées augmentent. Pour la tabaski 2019, il est noté sur le marché une hausse du prix de l’oignon et de la pomme de terre. Déjà sous le poids des nombreuses dépenses qui pèsent sur leurs épaules en cette veille de tabaski, les ménages devront encore supporter la hausse de certaines denrées. Et ce, sous le regard impuissant des autorités qui, pourtant ont pris toutes les dispositions pour le marché soit bien ravitaillé. Ce qui est d’ailleurs effectif. Mais est-il que les commerçants, à l’approche de fêtes s’adonnent à leur activité favorite de rétention pour provoquer une flambée de prix. « En vérité, la période de production locale prend fin » comme le relève le chargé de la sécurité en approvisionnement en denrées alimentaires du marché de l’union nationale des consommateurs du Sénégal (Uncs). « Pour l’oignon, il y en a encore, mais les commerçant vont automatiquement faire de la rétention et procéder à une hausse des prix. L’oignon est allé jusqu’à 500 fcfa le kg. Pour la pomme de terre aussi, l’Etat est entrain de protéger la production locale. Ce qui fait que le marché est correctement approvisionné, mais avec des prix relativement élevés. Ils ne seront pas aussi bas que l’on espérait », souligne Emile Sène dans les colonnes du journal «Enquête ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.