h@rcèlement s*xuel: Pape Matar Ba, 20 ans, ” Sama tanta Diama mayouma diamm, dafa beug ma teudé ko”

Traîné par sa tante Diama Thiam devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, pour injures privées et h*rcèlement s*xuel, Pape Matar Ba, 20 ans, a expliqué au juge que sa tante attendait que son mari aille au boulot pour le provoquer par ses gestes coquins. Malgré ces contestations, le tribunal l’a condamné à 2 ans de prison assortis du sursis, avec 200.000 F à payer à sa tante pour le préjudice.

Pape Matar Ba, 20 ans, n’est vraiment pas pudique. Si on se réfère aux accusations de sa tante, Diama Thiam, ce gosse à peine sorti de la puberté est un véritable «maniaque s*xuel». Au lieu de vouer du respect à sa tante, il ne cessait d’épier ces moindres faits et gestes. Pis, il est allé jusqu’à la harceler s*xuellement. Diama Thiam, qui en a eu marre de cette persécution, a traîné hier son beau-fils devant le tribunal des flagrants délits de Dakar, pour harcèlement s*xuel. Face au juge, la plaignante est revenue sur les faits. «Le 9 janvier 2017, il m’a envoyé un sticker via Facebook. Je n’y ai pas accordé beaucoup d’attention. Après cela, il m’a envoyé une photo de s*xe. Ainsi, pour freiner ses actes, j’en ai parlé à sa mère qui me promit qu’il n’allait plus recommencer. Il prenait pl*isir à m’espionner dans ma chambre. Et le pire dans tout ça, il me poursuivait jusque dans les toilettes, très tôt le matin, car il savait à quelle heure je me levais», a-t-elle raconté. Pire, elle a ouvertement déclaré au juge que son beau-fils jetait même des prés*rvatifs au seuil de sa chambre.
Des accusations que Pape Matar Ba a contestées qui a rejeté toute la faute sur sa tante. Selon ses déclarations, c’est Diama Thiam qui le provoquait par ses gestes coquins. «Elle attend que son mari se rende au boulot pour me provoquer. Elle m’a suivi deux fois dans les toilettes. Elle me faisait les yeux doux. C’est pour cela que je l’ai ajoutée sur Facebook avant de lui envoyer la photo qu’elle qualifie d’obscène. Je n’étais pas nu sur ladite photo, j’avais mis un cal*çon», s’est justifié Pape Matar Ba, qui poursuit : «elle n’entretient pas de bonnes relations avec ma mère, c’est la raison pour laquelle elle m’accuse à tort», explique le prévenu.
A sa suite, l’avocat de Diama Thiam, qui estime que les faits ne souffrent l’ombre d’un doute, a réclamé dans sa plaidoirie, à l’encontre du mis en cause, un million à titre de dommages et intérêts et son maintien dans les liens de la prévention. Quant au procureur, il a souhaité une application de la loi contre l’inculpé. Pour sa part, le conseil de la défense a demandé la relaxe de Pape Matar Ba. D’après la robe noire, le délit de distribution d’images p0rn0graphiques n’est pas caractérisé. «Sur la photo, mon client est vêtu d’un c*leçon et d’un débardeur. En plus, rien ne prouve qu’il a proféré des injures contre la partie civile. Les chefs pour lesquels il comparaît ne sont pas établis pour qu’il soit condamné», plaide le conseil du prévenu. A la fin des débats, le tribunal a relaxé Pape Matar Ba du chef d’injures privées, mais l’a reconnu coupable du délit de diffusion d’image p0rn0graphique. Sur ce, il a été condamné à 2 ans de prison assortis du sursis et 200.000 F à payer à sa tante pour son préjudice.

jotaay.net

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.