Il creuse une route à mains nues pour les villageois

Dans un village au Kenya, un homme a décidé de créer une route à mains nues à travers d’épaisses broussailles pour rejoindre plus facilement les magasins les plus proches afin d’épargner la souffrance aux autres villageois.

À l’aide d’une pelle, d’une bêche et d’une hache, Nicholas Muchami a jusqu’ici creusé 1,5 km en six jours et il lui reste un court chemin à creuser pour achever la route.

Il a entrepris ce projet sur un terrain officiellement désigné pour cela vu que les tentatives faites pour que les dirigeants locaux le construisent ont échoué, a-t-il déclaré.

Kenya : Il creuse une route à mains nues pour les villageois (photos)

Il a été salué comme un héros local pour ses efforts en faveur du village de Kaganda.

Les habitants du village du comté de Muranga, situé à 80 km au nord de la capitale, Nairobi, empruntaient un itinéraire plus long de 4 km pour se rendre au centre commercial.

Selon Peter Mwai, un journaliste de la BBC au Kenya, les villageois avaient été contrariés par le fait qu’un raccourci vers le centre commercial, via un sentier traversant une terre privée, avait récemment été clôturé.

Cela a incité M. Muchami à agir. « J’ai beaucoup d’énergie en moi. J’ai décidé de faire du bénévolat », a-t-il confié à la BBC.

Il a déclaré qu’il travaille de 7 h à 17 h, heure locale, du lundi au samedi parce qu’il souhaite terminer la route avant le début des pluies.

Les villageois étaient choqués de voir que M. Muchami, qui gagne généralement sa vie en effectuant divers travaux le jour et en tant que gardien la nuit, s’est porté volontaire pour ce projet.

« Quand je travaillais sur la route, les gens me demandaient : ‘Es-tu payé?’ ».

Même si un demi-kilomètre de la route doit encore être achevé, la population locale, y compris les élèves des écoles primaires et secondaires utilise la partie déjà creusée.

Kenya : Il creuse une route à mains nues pour les villageois (photos)

« Maintenant, les gens sont heureux, et moi aussi. Mon travail a aidé des gens de toutes sortes », a déclaré le papa de 45 ans.Publicité

Il prévoit de continuer à creuser la partie restante, même si d’autres villageois ont refusé de l’aider car personne ne veut travailler sans rémunération.

Son histoire a été partagée sur Facebook par Kinyungu Micheke, qui a salué la persistance de M. Muchami après la réponse méprisante du gouvernement local quand il leur a demandé de l’aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.