Incident au tribunal : L’accusé se déshabille et insulte le juge

Abdoulaye Sidibé alias Abdoulaye Cissé s’est déshabillé hier devant la barre de la chambre criminelle de Dakar. Tout nu, il a déversé des insanités à l’encontre du juge. Poursuivi pour meurtre, faux et usage de aux dans un document administratif, il a perturbé toutes les audiences qui ont eu lieu à la salle 4 du Palais de justice hier. Tantôt, il s’attaque aux gendarmes, tantôt aux juges. « Je n’ai pas peur de vous, je sais que vous voulez me tuer, raison pour laquelle vous me faites des injections, mais sachez que je suis résistant et fort » a-t-il asséné. Les gendarmes l’ont forcé à se rhabiller. A la suite de cet incident, l’affaire a été renvoyée au 5 Décembre prochain à la demande des avocats de la défense pour la production du dossier médical de l’accusé qui, selon « l’As », apparemment, ne jouit pas de toutes ses facultés.

Connu de la prison de Rebeuss pour son comportement anormal, Abdoulaye Seydi a montré tout les signes d’une personnes déséquilibrée, comme le fait savoir L’Obs. L’ancien militaire accuse l’ancien président de la Gambie, Yahya Jammeh, de vouloir sa mort. « Durant toutes les années passées en prison, ils m’ont persécutés. Des piqûres à plus en finir. Et c’est Yahya Jammeh qui les à payés. Il leur a donné 5 milliards de dollars pour me tuer » s’est-il écrié dans la Chambre criminelle. A l’arrivée des juges, ces derniers demandent sur le champs qu’il soit isolé hors de la salle à cause du vacarme provoqué.

Mais à l’appel de son dossier, les choses vont aller de mal en pis. En effet, une fois devant les juges, Seydi enlève tout s’est vêtements, jusqu’à être nu comme un ver de terre, avant que les gardes ne s’empressent vers lui, pour cacher sa nudité.

« On ne peut pas le juger dans ces conditions. Renvoyons l’affaire pour la production de dossier médicale » a déclaré le président Djiby Seydi et ses assesseurs FIrmin Coly et Oumy Touré, devant cette chose inédite.

Abdoulaye Diallo a été inculpé suite a une enquête sur le meurtre de son frère, poignardé en 2012.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok