Kawtef ! Après avoir filmé ses 3bats, A.Diallo fait chanter son amant….

L’ingénieur en génie civil Assane Ngom n’oubliera pas de sitôt sa relation amoureuse avec la jeune fille Adja Diallo. Une relation qui s’est soldée par une sordide entreprise de chantage et extorsion de fonds. Pour cause, la bienaimée de l’ingénieur a filmé leurs ébats et ensuite l’a fait chanter avant de lui soutirer la somme de 3 600 000 FCFA.

Assane Ngom revient sur les faits : « Au courant de l’année 2012, alors que j’avais un chantier à Kaolack, j’ai fait la connaissance de la nommée Adja Diallo qui vendait de l’eau fraîche au niveau du marché. Elle passait souvent à mon lieu de travail me faire part de ses problèmes financiers que je n’hésitais pas à lui régler dans la mesure du possible. A la fin des travaux de mes chantiers de Kaolack, je suis parti à Mbour où j’ai trouvé un nouveau chantier. Par pur hasard, nous nous sommes encore rencontrés là bas. C’est là qu’un jour, vers les coups de 17 heures, elle a débarqué chez moi prétextant venir me rendre une visite de courtoisie. Après quelques minutes d’échanges, la mise en cause s’est d3shabillée pour me provoquer et je l’ai systématiquement rejetée. Mais malgré cela elle a continué à venir me rendre visite. Finalement, j’ai fini par céder et on a entretenu des rapports §exuels. Elle a filmé nos ébats ». « Quelques temps après, contre toute attente, elle m’a appelé pour me dire qu’elle était 3nceinte de moi. Elle a alors commencé à me demander de l’argent. Lorsque j’ai refusé, elle a commencé à menacer, d’appeler ma femme pour lui dire que je l’ai mise 3nceinte et finalement, je lui ai remis de l’argent pour se faire @vorter. Et j’ai fait la sourde oreille. Lorsque j’ai fini les travaux du chantier de Mbour, je suis retourné à Dakar plus précisément à la Patte d’oie Builders où se trouvent ma femme et ma famille. A ma grande surprise, la nommée Adja Diallo a réussi à venir jusqu’à Dakar et à trouver mon bureau et ma maison. J’ignore jusqu’à présent les moyens dont elle a usé pour me trouver dans la capitale. Depuis lors, elle me fait chanter. Evitant que cette affaire ne dégénère, j’ai cédé et j’ai commencé à lui donner de l’argent. Au total je lui ai versé la somme de 3 millions de FCFA. Egalement elle a confisqué mon ordinateur portable et mon téléphone. Ne pouvant plus supporter ces harcèlements et chantages, j’ai décidé de porter cette affaire devant la justice, car elle est allée trop loin en appelant ma femme sans cesse. Cette dernière, une fois au parfum de l’affaire, a voulu mettre fin à cette histoire et à verser une somme de 600 000 FCFA à la mise en cause suite à sa demande » poursuit Assane Ngom. Pour sa part, la mise en cause Adja Diallo, interrogée par les policiers, reconnait les faits qui lui sont reprochés. « J’ai connu le sieur Assane Ngom en 2002 à Kaolack. Il venait régulièrement à la cantine où je vendais de l’eau. Au fil du temps, nous avons entretenu une relation amoureuse. Par la suite, il est rentré à Dakar et s’est marié avec une autre femme. Quant il m’en a informée, j’ai mal digéré la nouvelle. Je lui ai dit qu’il a gâché mon avenir en choisissant de se marier avec une autre. Quelques temps après, il m’a appelée pour me dire qu’il avait un nouveau chantier à Mbour et m’a invitée à lui rendre visite. Une fois sur place, nous avons entretenu une relation §exuelle qui a duré au moins 2 heures de temps. Après, il m’a remis la somme de 3500 FCFA pour acheter des pilules afin de ne pas tomber 3nceinte. Chose que je n’ai pas faite. Quelques temps après, il m’a donné encore rendez-vous à Dakar devant l’hôpital Fann. Une fois sur place, je lui ai demandé de me donner l’argent qu’il m’avait promis lors de notre première rencontre. Il a refusé. Suite à cela, je lui ai arraché son téléphone portable avant de m’échapper à bord d’un taxi. Aussitôt sa femme a appelé sur le téléphone et je lui ai fait savoir que j’avais ramassé le téléphone. Quand j’ai informé le nommé Assane Ngom de l’appel de sa femme, il m’a dit que pour lever tout soupçon, il dira à sa femme qu’il me devait la somme d’un million trois cent mille (1. 300 000 FCFA). Sur ses instructions, je suis allée voir sa femme qui s’est engagée à me verser chaque mois la somme de 150 000 francs jusqu’à percevoir la totalité de l’argent. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai soutiré beaucoup d’argent au sieur Assane Ngom et à sa femme, car je disposais d’une vidéo capable de compromettre sa vie de couple. C’est la raison pour laquelle, le nommé Assane Ngom a cédé et m’a remis ces importantes sommes d’argent que je recevais via Orange money ou Wari ». Au finish, les limiers des Parcelles Assainies ont déféré Adja Diallo au Parquet.

Le Témoin

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok