La majorité des Français détenus en Syrie sont des enfants, selon Nicole Belloubet

Les Français détenus dans le nord de la Syrie sont en majorité des enfants âgés de moins de 7 ans, a indiqué Nicole Belloubet, ministre française de la Justice, dans un entretien accordé, jeudi, à RTL.

Nicole Belloubet, ministre française de la Justice, a indiqué à RTL, jeudi 31 janvier, que les Français détenus par les Kurdes en Syrie, et dont la France envisage le rapatriement, seront interpellés dès leur arrivée. « Nous pensons qu’à peu près à 75 % ce seraient des enfants de moins de sept ans », a-t-elle déclaré. Elle a cependant indiqué ne pas être en mesure de préciser à ce stade le nombre total de ressortissants français concernés.

>> À lire : La France se prépare au retour des jhadistes français détenus en Syrie

La garde des Sceaux a également confirmé que Paris avait désormais une « préférence » pour le rapatriement en France de ses ressortissants partis rejoindre le groupe État islamique en Syrie et aujourd’hui détenus par les Kurdes syriens. « Nous avons fait un choix, qui est celui de la préférence du contrôle et donc du rapatriement en France », a déclaré Nicole Belloubet, tout en précisant que les autorités françaises étudiaient « plusieurs options ».

Changement de doctrine

« La situation nouvelle, qui est liée notamment au retrait des forces américaines (de la région) a bouleversé la donne et évidemment nous nous préparons à un éventuel retour des Français qui sont actuellement dans le nord de la Syrie », a-t-elle souligné.

La ministre de la Justice a confirmé au passage un changement de doctrine de Paris, qui affirmait jusqu’à récemment que les jihadistes français devaient être jugés par les autorités locales.

« Au moment où je vous parle, rien n’est certain, évidemment. Mais ce n’est plus le seul scénario et il va de soi que si les Français qui sont détenus par les Kurdes devaient être remis en liberté, expulsés, nous avons, je crois, collectivement plutôt intérêt à nous assurer de ce qu’ils deviennent plutôt que de les laisser libre sans savoir où ils sont », a-t-elle dit.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok